dimanche 20 août 2017

Dix Petits Nègres

Auteure: Agatha Christie
Éditeur: le Club des Masques
Collection: -
Pages: 222 
Parution: 1993
EAN: 9782702410042

L'île du Nègre... Que de bruits courent sur son nouveau propriétaire... Richissime Yankee, star hollywoodienne, ou bien encore l'autorité britannique?
Bref, quand tous les dix -du juge au play-boy, sans oublier la secrétaire- reçoivent cette invitation à passer des vacances sur l'île, aucun d'eux n'hésite à accourir...
Mais là-bas, dans la somptueuse demeure, personne, sauf bien entendu, cette voix, sur un disque, qui accuse tour à tour chacun des participants... C'est la panique.
Alors au rythme des couplets de la ronde des Dix Petits Nègres, le nombre des invités commence à diminuer; Inexorablement...


Mon avis:
"Dix petits Nègres s'en furent dîner.
L'un d'eux but à s'en étrangler 
-n'en resta plus que neuf
Neuf petits Nègres se couchèrent à minuit.
L'un d'eux à jamais s'endormit
-n'en resta plus que huit.

Voilà, j'ai enfin sauté le pas et lu pour la première fois un roman policier, qui plus est un d'Agatha Christie. J'étais heureuse de pouvoir le lire et de dépasser la peur que ces romans pouvaient me susciter. Je ne m'attendais pas à ça, du tout. Déjà ce n'était pas gore et pas autant psychologique que ce à quoi je m'attendais.

L'histoire est bien menée, surtout avec la petite comptine qui suit les meurtres. On arrive à être tenu en haleine, à éprouver autant de doutes et de suspicion que les personnages. Mais j'ai quand même été déçu par cette lecture, je trouve que l'histoire mettait trop de temps à commencer, qu'il y avait trop de personnages et je m’emmêlais les pinceaux en oubliant qui était qui. Le dénouement de cette intrigue m'a sidéré, certes je ne m'y attendais pas du tout mais alors vraiment pas, mais cette fin m'a dégoûté, je trouvais cela un peu trop simple comme dénouement, comme si on ne savait pas quoi faire.

Les personnages sont tous très différents et tous accusés d'avoir commis un meurtre. Il y a comme un mur entre eux et on n'a pas vraiment le temps de les connaître et de pouvoir les différencier, du moins c'est le gros problème que j'ai eu durant cette lecture. Mais le gros point positif c'est qu'on a les pensées de ces personnages, comme des flashbacks qui nous aident à en apprendre un peu plus sur le pourquoi du commet ils sont arrivés sur l'île du Nègre.

samedi 19 août 2017

The Mortal Instruments, Les Origines tome 1, L'ange mécanique

Auteure: Cassandra Clare
Éditeur: Pocket Jeunesse
Collection: -
Pages: 522
Parution: 2017
EAN: 9782266278720

Tessa débarque à Londres pour rejoindre son frère. Mais à peine arrivée, elle tombe dans un piège: enlevée par les horribles Sœurs  Noires, elle développe des pouvoirs qu'elle ignorait posséder. Jusqu'au jour où Will, un Chasseur d'Ombres, la libère et lui apprend qu'elle est une Créature Obscure. Un nouveau destin attend Tessa dans un monde mystérieux où vampires, sorciers et autres créatures de l'ombre règnent en maîtres...



Mon avis: 

"Il faut toujours être prudent avec les livres et leur contenu, renchérit Tessa, car les mots ont le pouvoir de nous changer.

Cette lecture commune avec Emeline, lu en continuité de la saga principale -pour mieux comprendre l'histoire il faut les lire par ordre de parution- enrichissait encore plus le monde que l'auteure a créé.

Ce premier tome a été excellent, la trame de l'histoire est bien menée de A à Z, on est directement plongé dans l'histoire, on passe de rebondissements en rebondissements. On en apprend à chaque nouvelle page tournée que ce soit sur les personnages, sur l'histoire ou encore sur les Chasseurs d'Ombres ou les Créatures Obscures. L'intrigue est palpable, d'autant plus qu'elle laisse plein de questions en suspens, même le dénouement parvient à nous poser d'autres questions.
 Mais dans ce tome, je ne voyais pas l'importance d'y mettre une romance qui commence maintenant, je m'attendais à ce qu'on nous tienne un peu plus en haleine, parce que ça n'avait pas lieu d'être, je ne l'avais presque pas vu venir, alors cette romance m'a paru être mal placée dans ce tome.

Le récit est comme toujours magnifiquement conté, la plume est fluide, et, dans ce tome, à quelques côtés poétiques et est très riche en référence littéraire.
Ce tome m'a d'autant plus plus car on est dans l'époque victorienne en Angleterre, ce qui rajoute un aspect steampunk -avec toute la mécanique qui est présente- que j'adore. En plus l'auteure s'est renseignée pour que ce soit le plus vrai possible, même si elle a fait des changements, ce qui devient enrichissant culturellement.

Les personnages sont beaucoup plus attachants que ceux dans la saga principale de The Mortal Instruments. Je les ai trouvé moins gnangnan avec moins de clichés, ils étaient plus vrais et semblaient moins enamourés. L'époque doit aussi beaucoup jouer, avec un autre langage, de nouvelles manières et de nouvelles pensées.
Le gros point négatif de ce roman est le personnage de William Herondale, ce personnage sarcastique, égoïste, qui se fait passer pour un méchant car il ne vaut pas qu'on s'attache à lui mais avec un passé douloureux et tout le tralala m'a fortement tapé sur les nerfs. Certes, ces traits de caractère m'ont plus chez Jace, mais je m'attendais quand même à un caractère différent pour que Will devienne un personnage à part entière, et non le sosie de Jace.

Ce premier tome lâche une bombe pour la suite qui je l'espère sera aussi phénoménale que ce tome. On croise les doigts pour que Will puisse changer pour qu'il devienne William Herondale et non Jace.

jeudi 3 août 2017

Vous parler de ça

Auteure: Laurie Halse Andersen
Éditeur: La belle colère
Collection: -
Pages: 299
Parution: octobre 2014
EAN: 9782843377389

Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s'étranglent avant d'atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l'étau d'un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par les lèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l'expérience intime de la plus grande des injustices: devenir un paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c'est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée.

Mon avis:

"De quel droit me punissent-ils sous prétexte que je ne parle pas? Ce n'est pas juste. Que savent-ils de moi? Que savent-ils de ce qui se passe dans ma tête? Le tonnerre, des gosses en pleurs, voilà ce qu'il y a. Pris dans une avalanche, tenaillées par l'inquiétude, se tortillant sous le poids du doute, de la culpabilité. De la peur.
En ce moment les livres parlant des problèmes de la vie courante, et de plus particulièrement ceux des adolescents m'attire. Ce roman nous parle d'un de ces problèmes qui hante notre société d'aujourd'hui. Ça est un problème, un monstre, une horreur.

Melinda, le personnage principal ne parle pas, donc dans le livre il y a très peu de dialogue, elle répond soit par monosyllabe, soit rien du tout. Mais on se trouve dans la tête de cette fille, on découvre la tempête de son esprit et la douleur qui la consume. On a conscience qu'il y a un problème, mais on ne sait pas quoi, on est tenu en haleine pour savoir ce qu'est le ça qui hante Melinda, même si au bout d'un moment on s'en doute. Elle se retrouve seule, sans aucune aide pour affronter son démon et s'affronter elle même. Melinda mène une bataille acharnée contre la vie.

Cette histoire m'a chamboulé, elle sort des tripes. C'est une histoire qui reflète un problème de la société, sans romance, dans le cœur du problème et dans le désespoir du héros.

L'auteure arrive à écrire cette histoire avec vérité, dans une plume fluide qui nous pousse à tourner les pages pour savoir si Melinda va s'en sortir, ce qu'est la ça qui la hante et si elle arrivera à parler.
Ce livre est un livre lumière, un live qui vous chamboule plus qu'un coup de cœur, un roman qui nous fait vibrer d'émotions en bien ou en mal.


mercredi 2 août 2017

Divergent tome 3, Allegiant

Auteure: Veronica Roth
Éditeur: Katherine Tegen Books
Collection: -
Pages: 526
Parution: 2013
EAN: 978006202060
/!\ SPOILER TOME 1 & 2 /!\

Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s'échapper. Le monde qu'ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu'on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d'une expérience censée sauver l'humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l'humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

Mon avis:

"Since I was young, I have always known this: Life damages us, every one. We can't escape that damage. But now, I am also learning this: We can be mended. We mend eachother.

J'ai enfin réussi à me lancer dans ce dernier tome de la saga. Cette lecture en VO c'est d'abord avéré compliqué, je ne me souvenais pas trop comment la fin du tome c'était passé, mais les cinquante premières pages passées j'ai adoré ma lecture, c'est un coup de cœur.

On retrouve notre duo, Tris et Tobias qui alternent leur point de vue au fil des chapitres, après la mort de Jeanine. Maintenant ils ont rejoint les sans factions et des révolutions se mettent en place pour que les factions viennent à leur fin, ou ceux qui se retournent contre Evelyn, la nouvelle dirigeante. Tris et Tobias savent qu'il y a un monde à l'extérieur et vont décider de partir.
Mais une fois à l'extérieur, ils découvrent une nouvelle guerre, La guerre pure. Ils prennent connaissance du monde extérieur, du pourquoi du comment ils étaient enfermés dans leur ville. On en apprend plus sur leur passé, leur famille. Ce troisième tome est une sorte d'apprentissage que nous faisons en même temps que nos deux héros.

Cet ultime tome répond à énormément de nos questions, nous apporte de nouveaux dilemmes et de nouveaux problèmes. Nos deux protagonistes ont quitté une révolution pour entrer dans une deuxième. Ils découvrent l'envers du décor et leur haine envers ses nouveaux méchants est palpable.

Et bien sûr, parlons en de cette fin, certes elle est triste et nous brise le cœur, mais j'ai trouvé que cette fin était justifiée, je m'y attendais déjà dans le deuxième tome à une fin comme celle là.
Mais la réaction des autres à été une souffrance et me faisait pleurer encore et encore.

Veronica Roth arrive à nous faire passer par pleins d'émotions, elle arrive à répondre à nos questions, et le monde qu'elle a créé est bien construit, je n'ai pas trouvé d'erreur, ni d'incompréhension.


mardi 1 août 2017

Le Pays des contes tome 1, Le sortilège perdu

Auteur: Chris Colfer
Éditeur: Michel Lafon
Collection: -
Pages: 466
Parution: mai 2015
EAN: 9791022401395

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner...
Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. 
Et pour cause! Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité.
Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu'ils ont lues...


Mon avis:

" Il était une fois... Voilà les mots les plus magiques que notre monde ait jamais connus. Ils sont la porte d'entrée vers les meilleures histoires jamais contées. Ces mots nous interpellent, ils nous invitent à rejoindre un univers où nous sommes tous les bienvenus et où tout peut arriver. Des souris peuvent se transformer en hommes, des servantes, en princesses, et on peut apprendre des choses utiles en chemin...

Je dois dire que Chris Colfer chante aussi bien qu'il écrit. Ce premier tome est bien conté et la lecture est cosy dans le monde féérique dans lequel on est transporté. J'ai voyagé avec les personnages découvrant le monde à chaque recoins.

Nombreux contes bercent cette histoire et nos deux protagonistes, Conner et Alex tombent dans le livre Le Pays des contes, et l'univers inventé autour est époustouflant, tous les contes se mélangent et sont liés entre eux sans être brouillon. Chaque petite histoire à son importance, on voit enfin les revers de ces histoires que nous connaissons tous, et aussi l'auteur nous dit comment les contes ont intégré notre monde. Les grands fans de Once Upon a Time vont adorer cette saga, qui peut plaire à tous âges en suivant la quête des enfants, comme si à leur tour ils créaient leur propre histoire, leur propre conte avec une morale.

Cette lecture est une gourmandise, elle est fraîche et sans prise de tête, on découvre de nouvelles versions des contes, avec de nombreux rebondissements. Elle donne un sentiment d'apaisement.