mercredi 13 septembre 2017

Les Chroniques du Monde Emergé tome 2, La mission de Sennar

Auteure: Licia Troisi
Éditeur: Pocket Jeunesse
Collection: -
Pages: 457
Parution: 2009
EAN: 9782266176965
/!\SPOILER TOME 1/!\

Convaincu que le Monde Émergé ne peut plus résister seul aux armées du Tyran, Sennar le magicien supplie le Conseil des Mages de le laisser partir à la recherche du Monde Submergé. Là, il pourra obtenir l'aide de ses habitants.
Or ce continent a rompu tout contact avec le Monde Émergé depuis plus d'un siècle. Et Sennar ne dispose pour s'y rendre que d'une ancienne carte à demi effacée par le temps...
De son côté Nihal, jeune guerrière aux cheveux bleus, poursuit son apprentissage de chevalier du dragon. Mais le souvenir de Sennar, qu'elle a blessé au visage lors de leur dernière entrevue, la hante douloureusement...


Mon avis:

"Peur? Et pourquoi? J'aime le risque, c'est le sel de ma vie. Si on ne s'amuse pas pendant un peu pendant le court temps qui nous est donné, à quoi bon vivre? Et puis, c'est un défi.

A chaque automne, une nouvelle relecture de cette série. L'année dernière j'avais relu le premier tome et ma vision a toujours été aussi enchanté que lors de ma première lecture. C'est toujours le cas pour ce deuxième tome. Cette saga a une place particulière dans mon cœur, il faut dire que c'est LA trilogie qui m'a donné goût à la lecture et qui m'a poussé à continuer dans cette voie.

Dans une première partie de ce deuxième tome, on est plus plongé dans le point de vue de Sennar qui doit se rendre dans le Monde Submergé pour avoir de l'aide dans cette guerre, mais tout ne se passe pas comme prévu. Il s'engage das un bateau pirate et devra affronter bien des tempêtes sur la mer indomptable qui barre son chemin. Et alors qu'il peut enfin souffler, on lui dit qu'il va être exécuté. Beaucoup d'embûches vont entraver son chemin, mais le magicien a plus d'un tour dans son sac.
J'ai été heureuse de le découvrir plus en profondeur, dans le premier tome on ne lui laissait pas assez de place. Ce jeune homme se montre aussi courageux que Nihal, sauf qu'à la place d'une épée il se sert de la magie. C'est un homme bon qui essaye de répandre la paix et de tout faire en son pouvoir pour sauver le Monde Émergé des griffes du Tyran.

Dans la deuxième partie, on retrouve la demi-elfe en plein milieu de la guerre. Elle aussi a un combat à mener entre se battre contre l'ennemi et ses cauchemars qui lui supplient la vengeance. Dans ce deuxième tome, Nihal a énormément muri, elle réfléchie avant d'agir et essaie des retenir ses pulsions meurtrières même si c'est toujours un peu difficile. Elle y arrive quand même grâce à son maître, Ido et son ami qu'elle a aidé et sauvé, Laïos. Il faut dire que la mort de Livon et de tout son peuple n'a fait qu'aggraver la haine qu'elle éprouve, mais elle arrive à maîtriser sa colère et sa rage envers celui qui a fait tout cela.
On découvre de nouveaux aspects de cette jeune demi-elfe qui se bat constamment du fait qu'elle ait une femme chevalier. On en apprend plus sur son passé et sur son destin en même temps qu'elle.

Les autres personnages sont tout aussi attachants et ont chacun un combat personnel, une bataille qui les divise en deux. Laïos et son combat contre son père et Ido contre son passé. La guerre ne se passe pas seulement dans les terres, mais également à l'intérieur même des personnages. Et il faut si ils veulent gagner la guerre, gagner la guerre intérieure qui les hantent.

Le monde dans lequel nous immerge l'auteure est toujours aussi beau et aussi sombre et noir. L'histoire est toujours fluide et nette, on ne quitte pas la trame principale, on en apprend toujours plus en tournant les pages.
Sa plume est toujours autant époustoufflante, plus je lis des livres de Licia Troisi, plus je tombe amoureuse de ces mondes sombres et de son style d'écriture.

jeudi 7 septembre 2017

La mécanique du diable

Auteur: Philip Pullman
Éditeur: Flammarion
Collection: Castor Poche - Aventure
Pages: 85
Parution: 2000
EAN: 9782081645868

Toute la ville se presse au pied de la grande horloge, pour admirer le nouvel automate. Mais l'arrivée du célèbre docteur Kalmenius, génie de l'horlogerie, marque le début d'un abominable nuit...
Sa présence semble en effet entraîner une série d'incidents de plus en plus inquiétants.
La mécanique du temps serait-elle dictée par une logique diabolique?



Mon avis:

"Dès que l'on remonte l'horloge, les aiguilles mettent en marche. Il y a quelque chose d'implacable et de terrifiant dans la ronde des aiguilles autour du cadran. Tic, tac, tic, tac!... Millimètre après millimètre, elles avancent sans répit, et leur tic-tac nous accompagne jusqu'à la tombe.

Après avoir découvert la plume de l'auteur dans A la croisée des mondes, je me suis dirigée vers quelque chose qui paraissait être plus enfantin, avec quelques frissons. J'ai trouvé que pour être qualifié de 'jeunesse',  ce conte fait quand même vachement peur, et tourne même un peu vers l'horreur.

En Allemagne par une froide nuit d'hiver, dans un bar un écrivain conte son histoire. Alors qu'il décrit un homme étrange et effrayant, celui là entre dans le bar semant la terreur des villageois. La réalité vient alors se mélanger au fantastique. Cet homme conclut un marcher des plus affreux avec Karl, le jeune horloger qui doit présenter son automate, et toute l'histoire va alors se mettre en place pour se préparer au dénouement.
J'ai trouvé ce conte vraiment sombre et froid, avec une horreur bien présente.
En outre de cette horreur qui m'a perturbé, l'auteur ajoute une touche d'humour et de distance au conte, en rajoutant des sortes de post-it en nous faisant part de ce qu'il pense, de petites anecdotes. Et avec ça, il incarne parfaitement la morale.

Une petite lecture, parfaite pour les frissons et les peurs de l'automne, qui se lit en peu de temps. Il est toujours agréable de redécouvrir la plume de cet auteur.

mercredi 6 septembre 2017

L'Ordinatueur

Auteur: Christian Grenier
Éditeur: Rageot
Collection: Cascade Policier
Pages: 184
Parution: 2001
EAN: 9782700224337

Programmé pour tuer?
L' "Omnia 3", un ordinateur très sophistiqué, totalise déjà six victimes. L'inquiétante machine est-elle seule responsable de cette incroyable série de meurtres?
Logicielle, jeune inspectrice au surnom prédestiné, en doute. 
Mais derrière l'écran se cache un adversaire aussi inattendu que dangereux...



Mon avis:

"-C'est magique! s'exclama Germain d'une voix faible et altérée.                                   -Non, c'est logique, répondit-elle en désignant, sous l'écran, les deux micros intégrés et l’œil d'une caméra.

Après une lecture compliquée de Eleanor, que j'ai du abandonné ne réussissant à entrer dans l'univers, je me suis ensuite tournée vers un policier pour repartir sur une bonne base pour le Pumpkin Autumns Challenge. Il faut le dire, cette lecture a été géniale, je ne m'y attendais pas du tout.

Après un premier policier plutôt décevant, je suis partie avec très peu d'attentes pour ce roman, j'ai été agréablement surprise par celui ci. On plonge directement dans l'histoire des meurtres, avec un rythme bien mené, qui nous pousse à continuer. Les chapitres sont courts, ils en révèlent peu, mais suffisamment pour continuer dans l'intrigue.
L'Omnia 3, un ordinateur très sophistiqué, tueur... Ce roman laisse vraiment réfléchir à la technologie d'aujourd'hui qui ne fait qu'avancer dans le temps et peu, parfois, nous faire peur. Ce policier nous fait douter de la nouvelle technologie. Sommes nous vraiment en sécurité? Pouvons nous faire confiance en cette technologie?

Ce roman m'a énormément plus, l'auteur arrive très bien à manier le rythme, qui est une chose importante dans un policier. Sa plume est simple et fluide, ce qui nous aide à comprendre facilement l'histoire. Il sait nous tenir en haleine, et attendre la fin pour nous avouer le coupable.

jeudi 31 août 2017

Pumpkin Autumn Challenge


Ah l'automne, l'automne. Cette saison favorite des lecteurs, qui peuvent se blottir dans un plaid avec un bon thé chaud, à lire un bon livre lové dans un fauteuil alors que dehors, les feuilles commencent à tomber.

Voilà, l'été se termine, le temps va se rafraîchir, bref tout se porte à la perfection pour entamer un challenge de l'automne.
Ce Pumpkin Autumn Challenge, dans sa première édition créé par Le Terrier de Guimause qui durera du 1er septembre au 30 novembre.

Dans ce challenge, 3 menus différents sont possibles. Chaque menu à deux thèmes différents et pour avoir validé la challenge, il faut au minimum un livre par thème dans le menu que vous avez choisi. Vous pouvez bien sûr choisir tous les menus si vous le voulez.


Pour ma part, j'ai essayé un maximum de remplir tous les menus. Et oui, même celui qui fait un peu peur... Je suis donc arrivé à une PAL de 14 livres!

Automne Frissonnant

  • Hurlons dans les Bois




  • La crypte des morts vivants 


Automne Douceur de Vivre

  • Creepy, Spooky Halloween 




  • "Fall" in Love 




Automne Enchanteur

  • Légendes d'ici et d'ailleurs


  • Féérique Citrouille, Bibbidi-Bobbidi-Boo 

 Sur ce, bonnes lectures et bonne chance pour ceux qui participent au challenge!

A comme Association tome 5, Là où les mots n'existent pas

Auteur: Erik L'Homme
Éditeur: Gallimard Jeunesse / Rageot
Collection: Folio Junior / -
Pages: 203
Parution: 2011
EAN: 9782070638468
/!\ SPOILER TOME 1 à 4 /!\

Alors qu'ils profitent tous les deux du soir de Noël, Ombe et Jasper sont les victimes d'une attaque violente. C'est un choc terrible pour Jasper, qui se retrouve seul et affaibli. Déterminé à découvrir l'identité de leurs mystérieux agresseurs, obnubilé par l'idée de se venger, Jasper se lance dans une folle poursuite.
Mais comment atteindre son but quand l'Association vous lâche, et qu'on ne peut compter pour survivre que sur un vampire peureux, une harpie revêche et les livres de sorciers disparus depuis longtemps? Il faudra à Jasper beaucoup de courage pour surmonter les obstacles qui se dressent devant lui, à commencer par sa propre colère et son immense chagrin…


Mon avis:

"On peut spéculer sur l'âme et les arrières-mondes, n'empêche que, comme dit le poète, ce sont ceux qui restent qui se retrouvent en enfer...

 Après avoir lu les quatre premiers tomes écrit à deux mains, je me suis posée la question, suite à la mort de Pierre Bottero, comment allait devenir le personnage d'Ombe dans la série. Et bien comme son auteur, Erik L'Homme a décidé de tuer le personnage, dans un accident de moto. Alors quand j'ai lu ça, je me suis dit c'est un peu trop simple quand même, en plus Ombe est incassable... puis j'ai accepté le fait que sa pouvait être un hommage à Pierre Bottero, ça l'est sûrement d'ailleurs, mais j'avais tout faux.

La mort d'Ombe est l'élément déclencheur de l'intrigue principale qui dure depuis le premier tome: les personnes qui essayent de mettre fin à la vie de Jasper et Ombe. On découvre des tas de choses concernant cette intrigue avec bien sûr plein de nouveaux questionnement. Je trouve quand même dommage que ça ai mis autant de temps à venir, car moi c'était cette intrigue qui me poussait à continuer. Et on ne répond à pas beaucoup de questions vu les tomes courts. Plus les tomes avancent, plus on est en haleine, en quête de réponses et je pense (et j'espère beaucoup) que le final va être sublime.
Mais je tiens bon, car j'arrive à apprécier le personnage principal, Jasper, qui a énormément muri au fur et à mesure de l'avancée des tomes.

Le monde que Pierre Bottero et  Erik L'Homme ont créé est génial, je l'adore. Tout à son sens et il nous reste pas mal de choses à découvrir. Je trouve ça top que l'auteur arrive toujours à nous surprendre dans ce monde qu'on a suivi depuis quatre tomes.

mercredi 30 août 2017

Legend tome 2, Prodigy

Auteure: Marie Lu
Éditeur: Le Livre de Poche Jeunesse
Collection: -
Pages: 439
Parution: novembre 2015
EAN: 9782013971324
/!\ SPOILER TOME 1 /!\

June et Day ont échappé à leurs poursuivants. 
Réfugiés à Vegas, ils rencontrent un groupe de rebelles qui consent à les aider. 
Mais il y a une condition. Prêts à tout, les deux adolescents acceptent: ils savent que, sans les rebelles,
leurs heures sont comptées.




Mon avis: 

"Le garçon dont l'âme rivalise de beauté avec son corps.
Un rayon de lumière dans un monde de ténèbres.
Mon rayon de lumière.
J'avais toujours ce souvenir marquant du premier tome, de son intrigue, de ses rebondissements et de son addictivité, ce qui en avait fait un coup de cœur. Sachez que c'est exactement la même chose dans le deuxième tome, l'auteure nous surprend toujours, mais cette fois sans le coup de cœur.

Day et June essayent de retrouver les Patriotes car ils ont besoin de leur aide et en échange ils acceptent de les aider pour leur mission. Ils sont de nouveaux séparés et chacun va essayer de savoir la vérité, de trouver un meilleur angle pour savoir à qui faire confiance.
Ce qui j'ai vraiment aimé dans ce deuxième tome c'est que, il n'y a ni rose ni noir: ce qu'ils détestent s'avère être pas si horrible que ce qu'ils pensent et ce leur utopie s'avère aussi noire que ce qu'ils fuient. Dans chacun des camps il y a du bon et du mauvais. 
L'histoire est toujours aussi riche en rebondissements, en émotions et cette fois devient riche en réponses par rapport au fonctionnement de la société, aux maladies présentes.
Mais voilà le problème qui m'a fait tiqué durant ma lecture: le triangle amoureux. Il prend place des deux côtés, que ce soit chez Day ou chez June il est présent et c'est agaçant. Ce triangle amoureux n'a pourtant pas autant d'ampleur que dans les clichés avec le je ne sais pas qui j'aime... 

Les personnages sont toujours aussi attachants et ce qui devient intéressant c'est qu'ils évoluent dans un autre milieu, dans un autre état d'esprit, avec une nouvelle mission. Dans ce tome, ils affrontent tous deux leurs fantômes, leur vie passée pour essayer de comprendre leur nouvelle vie. Ils vont aussi échanger leurs rôles, Day devient le héros et June la recherchée qui doit fuir.

dimanche 27 août 2017

Tant que nous sommes vivants

Auteure: Anne-Laure Bondoux
Éditeur: Gallimard Jeunesse
Collection: -
Pages: 298
Parution: septembre 2014
EAN: 9782070653799

Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus... 
Mais quand l'ombre a pris la place de la lumière, l'amour suffit-il à nous garder vivants?




Mon avis:

"Dans le noir, les yeux grands ouverts, Bo s'interrogeait sur le sens de l'existence, et sur ce qu'il voulait vraiment. Il n'est jamais facile de savoir ce que l'on souhaite vraiment, surtout lorsqu'on a peur de trouver des réponses, et les idées se cognaient comme des mouches à l'intérieur de son crâne.

Après en avoir longuement entendu parler, ce roman qui a conquis tant de cœurs, a réussi à se trouver un chemin jusqu'à moi. Emprunté à la bibliothèque, il ne m'a pas autant conquise que ce à quoi je m'attendais. Il n'y a pas de quoi ce leurrer, ce roman est beau dans tous les sens du terme, allant de sa couverture, à l'histoire, jusqu'à la plume de l'auteure.

Ce conte doit se lire lentement, comme le rythme qui nous est introduit dans l'histoire, pour pouvoir en savourer chaque phrase car ce livre regorge de poésie, d'amour et d'espoir. Il annonce un renouveau, la renaissance et tout cela durant une sombre période pour nos deux personnages.
L'histoire est magnifique, mais je trouve que la fin s'est accélérée ce qui m'a un peu déçu, la fin était précipitée.

Les personnages sont d'autant beau que tout le reste, leur histoire est impressionnante, on apprend à les connaître au fur et à mesure que l'histoire avance.

Dans cette chronique je ne veux pas trop vous en dévoiler pour que vous puissiez savourer cette histoire sans en connaître tous les moindres recoins. C'est une histoire pleine de surprises que je ne veux pas vous gâcher, alors bonne dégustation!

vendredi 25 août 2017

Amelia

Auteure: Kimberly McCreight
Éditeur: Le Livre de Poche
Collection: Thriller
Pages: 576
Parution: août 2016
EAN: 9782253095095

À New York, Kate élève seule sa fille de quinze ans, Amelia. Très proches, elles n'ont pas de secrets l'une pour l'autre. Jusqu'à ce matin d'octobre, où elle reçoit un appel du lycée qui lui demande de venir de toute urgence. Elle ne reverra jamais Amelia: celle-ci a sauté du toit de l'établissement. Rongée par le chagrin, Kate plonge dans le désespoir et l'incompréhension. Pourquoi une adolescente en apparence si épanouie s'est-elle donné la mort? Mais un jour, Kate reçoit un message anonyme qui remet tout en question: "Amelia n'a pas sauté." Obsédée par cette révélation, elle s'immisce dans la vie privée de sa fille et découvre, à travers les réseaux sociaux, les mails et les SMS d'Amelia, une réalité terrible, un véritable monde parallèle qu'elle n'aurait pu imaginer.

Mon avis:

"− Écoute, Lola n’a que cinq ans et pourtant même moi, je sais qu’être parent, c’est affreux quatre-vingt-quinze pour cent du temps. Autant que je sache, ce sont les cinq pour cent restants qui empêchent la race humaine de s’éteindre. Quatre pour cent de terreur aveuglante, un pour cent de perfection. C’est comme un shoot d’héroïne. Tu goûtes une seule fois à la vie de ce côté-là et t’es accro. 

Je continue dans ma lancée sur les romans policiers avec celui là qui me tente depuis un bout de temps. Et voilà je sors de ma lecture bouleversée, chamboulée, mon esprit sans dessus dessous.
Parce que dans ce roman il y a une question principale: Amelia a-t-elle sauté? A-t-elle été poussé du haut du bâtiment de son lycée? Toutes ses questions qui tournent en rond dans la tête de Kate, la mère d'Amelia, mais également dans les nôtres.

Dès le premier chapitre l'histoire se met en place, Kate retrouve sa fille morte au lycée. On est directement plongé dans la terreur et la souffrance de la mère qui essaye de retracer la vérité. On avance dans le roman avec les semaines qui ont précédés la mort d'Amelia du point de vue de celle-ci, et ceux du point de vue de la mère, après sa mort.
On tourne les pages de plus en plus vite pour savoir ce qui c'est passé, ce qui se cache derrière tout ça. La vérité qui explose au grand jour, petit à petit, m'a coupé le souffle, on a un tas de révélations de plus en plus surprenantes qui nous amène des réponses et qui nous font découvrir qui était le personnage d'Amelia et tous ses secrets, ses doutes, ses pensées.
Je l'ai lu assez vite mais j'ai du faire une pause, je ne voulais pas savoir si Amelia avait été tué ou si elle s'était suicidée. Mais je n'ai pas pu attendre bien longtemps et cette fin m'a brisé le cœur, elle m'a remué l'estomac et je ne peux m'empêcher d'y réfléchir, encore et encore.
Les personnages ont tous leur importance, mais au bout d'un moment je m'y perdais avec tout ce monde. Surtout lors des révélations, je me demandais "mais c'est qui déjà celui là?", ce qui a un peu gâché le bonheur de cette lecture.

La plume a été sublime, avec des descriptions, qui au début, paraissent inutiles mais se révèlent bien incorporés dans l'intrigue que l'auteure a mis en place. Le moindre mot a une importance, le moindre geste révèle quelque chose, tout est lié.
Ce roman est fascinant et j'ai hâte de découvrir d'autres romans de Kimberly McCreigth car son thriller était passionnant qui est passé à un chouilla d'être un coup de cœur. 

dimanche 20 août 2017

Dix Petits Nègres

Auteure: Agatha Christie
Éditeur: le Club des Masques
Collection: -
Pages: 222 
Parution: 1993
EAN: 9782702410042

L'île du Nègre... Que de bruits courent sur son nouveau propriétaire... Richissime Yankee, star hollywoodienne, ou bien encore l'autorité britannique?
Bref, quand tous les dix -du juge au play-boy, sans oublier la secrétaire- reçoivent cette invitation à passer des vacances sur l'île, aucun d'eux n'hésite à accourir...
Mais là-bas, dans la somptueuse demeure, personne, sauf bien entendu, cette voix, sur un disque, qui accuse tour à tour chacun des participants... C'est la panique.
Alors au rythme des couplets de la ronde des Dix Petits Nègres, le nombre des invités commence à diminuer; Inexorablement...


Mon avis:
"Dix petits Nègres s'en furent dîner.
L'un d'eux but à s'en étrangler 
-n'en resta plus que neuf
Neuf petits Nègres se couchèrent à minuit.
L'un d'eux à jamais s'endormit
-n'en resta plus que huit.

Voilà, j'ai enfin sauté le pas et lu pour la première fois un roman policier, qui plus est un d'Agatha Christie. J'étais heureuse de pouvoir le lire et de dépasser la peur que ces romans pouvaient me susciter. Je ne m'attendais pas à ça, du tout. Déjà ce n'était pas gore et pas autant psychologique que ce à quoi je m'attendais.

L'histoire est bien menée, surtout avec la petite comptine qui suit les meurtres. On arrive à être tenu en haleine, à éprouver autant de doutes et de suspicion que les personnages. Mais j'ai quand même été déçu par cette lecture, je trouve que l'histoire mettait trop de temps à commencer, qu'il y avait trop de personnages et je m’emmêlais les pinceaux en oubliant qui était qui. Le dénouement de cette intrigue m'a sidéré, certes je ne m'y attendais pas du tout mais alors vraiment pas, mais cette fin m'a dégoûté, je trouvais cela un peu trop simple comme dénouement, comme si on ne savait pas quoi faire.

Les personnages sont tous très différents et tous accusés d'avoir commis un meurtre. Il y a comme un mur entre eux et on n'a pas vraiment le temps de les connaître et de pouvoir les différencier, du moins c'est le gros problème que j'ai eu durant cette lecture. Mais le gros point positif c'est qu'on a les pensées de ces personnages, comme des flashbacks qui nous aident à en apprendre un peu plus sur le pourquoi du commet ils sont arrivés sur l'île du Nègre.

samedi 19 août 2017

The Mortal Instruments, Les Origines tome 1, L'ange mécanique

Auteure: Cassandra Clare
Éditeur: Pocket Jeunesse
Collection: -
Pages: 522
Parution: 2017
EAN: 9782266278720

Tessa débarque à Londres pour rejoindre son frère. Mais à peine arrivée, elle tombe dans un piège: enlevée par les horribles Sœurs  Noires, elle développe des pouvoirs qu'elle ignorait posséder. Jusqu'au jour où Will, un Chasseur d'Ombres, la libère et lui apprend qu'elle est une Créature Obscure. Un nouveau destin attend Tessa dans un monde mystérieux où vampires, sorciers et autres créatures de l'ombre règnent en maîtres...



Mon avis: 

"Il faut toujours être prudent avec les livres et leur contenu, renchérit Tessa, car les mots ont le pouvoir de nous changer.

Cette lecture commune avec Emeline, lu en continuité de la saga principale -pour mieux comprendre l'histoire il faut les lire par ordre de parution- enrichissait encore plus le monde que l'auteure a créé.

Ce premier tome a été excellent, la trame de l'histoire est bien menée de A à Z, on est directement plongé dans l'histoire, on passe de rebondissements en rebondissements. On en apprend à chaque nouvelle page tournée que ce soit sur les personnages, sur l'histoire ou encore sur les Chasseurs d'Ombres ou les Créatures Obscures. L'intrigue est palpable, d'autant plus qu'elle laisse plein de questions en suspens, même le dénouement parvient à nous poser d'autres questions.
 Mais dans ce tome, je ne voyais pas l'importance d'y mettre une romance qui commence maintenant, je m'attendais à ce qu'on nous tienne un peu plus en haleine, parce que ça n'avait pas lieu d'être, je ne l'avais presque pas vu venir, alors cette romance m'a paru être mal placée dans ce tome.

Le récit est comme toujours magnifiquement conté, la plume est fluide, et, dans ce tome, à quelques côtés poétiques et est très riche en référence littéraire.
Ce tome m'a d'autant plus plus car on est dans l'époque victorienne en Angleterre, ce qui rajoute un aspect steampunk -avec toute la mécanique qui est présente- que j'adore. En plus l'auteure s'est renseignée pour que ce soit le plus vrai possible, même si elle a fait des changements, ce qui devient enrichissant culturellement.

Les personnages sont beaucoup plus attachants que ceux dans la saga principale de The Mortal Instruments. Je les ai trouvé moins gnangnan avec moins de clichés, ils étaient plus vrais et semblaient moins enamourés. L'époque doit aussi beaucoup jouer, avec un autre langage, de nouvelles manières et de nouvelles pensées.
Le gros point négatif de ce roman est le personnage de William Herondale, ce personnage sarcastique, égoïste, qui se fait passer pour un méchant car il ne vaut pas qu'on s'attache à lui mais avec un passé douloureux et tout le tralala m'a fortement tapé sur les nerfs. Certes, ces traits de caractère m'ont plus chez Jace, mais je m'attendais quand même à un caractère différent pour que Will devienne un personnage à part entière, et non le sosie de Jace.

Ce premier tome lâche une bombe pour la suite qui je l'espère sera aussi phénoménale que ce tome. On croise les doigts pour que Will puisse changer pour qu'il devienne William Herondale et non Jace.

jeudi 3 août 2017

Vous parler de ça

Auteure: Laurie Halse Andersen
Éditeur: La belle colère
Collection: -
Pages: 299
Parution: octobre 2014
EAN: 9782843377389

Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s'étranglent avant d'atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l'étau d'un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par les lèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l'expérience intime de la plus grande des injustices: devenir un paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c'est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée.

Mon avis:

"De quel droit me punissent-ils sous prétexte que je ne parle pas? Ce n'est pas juste. Que savent-ils de moi? Que savent-ils de ce qui se passe dans ma tête? Le tonnerre, des gosses en pleurs, voilà ce qu'il y a. Pris dans une avalanche, tenaillées par l'inquiétude, se tortillant sous le poids du doute, de la culpabilité. De la peur.
En ce moment les livres parlant des problèmes de la vie courante, et de plus particulièrement ceux des adolescents m'attire. Ce roman nous parle d'un de ces problèmes qui hante notre société d'aujourd'hui. Ça est un problème, un monstre, une horreur.

Melinda, le personnage principal ne parle pas, donc dans le livre il y a très peu de dialogue, elle répond soit par monosyllabe, soit rien du tout. Mais on se trouve dans la tête de cette fille, on découvre la tempête de son esprit et la douleur qui la consume. On a conscience qu'il y a un problème, mais on ne sait pas quoi, on est tenu en haleine pour savoir ce qu'est le ça qui hante Melinda, même si au bout d'un moment on s'en doute. Elle se retrouve seule, sans aucune aide pour affronter son démon et s'affronter elle même. Melinda mène une bataille acharnée contre la vie.

Cette histoire m'a chamboulé, elle sort des tripes. C'est une histoire qui reflète un problème de la société, sans romance, dans le cœur du problème et dans le désespoir du héros.

L'auteure arrive à écrire cette histoire avec vérité, dans une plume fluide qui nous pousse à tourner les pages pour savoir si Melinda va s'en sortir, ce qu'est la ça qui la hante et si elle arrivera à parler.
Ce livre est un livre lumière, un live qui vous chamboule plus qu'un coup de cœur, un roman qui nous fait vibrer d'émotions en bien ou en mal.


mercredi 2 août 2017

Divergent tome 3, Allegiant

Auteure: Veronica Roth
Éditeur: Katherine Tegen Books
Collection: -
Pages: 526
Parution: 2013
EAN: 978006202060
/!\ SPOILER TOME 1 & 2 /!\

Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s'échapper. Le monde qu'ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu'on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d'une expérience censée sauver l'humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l'humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

Mon avis:

"Since I was young, I have always known this: Life damages us, every one. We can't escape that damage. But now, I am also learning this: We can be mended. We mend eachother.

J'ai enfin réussi à me lancer dans ce dernier tome de la saga. Cette lecture en VO c'est d'abord avéré compliqué, je ne me souvenais pas trop comment la fin du tome c'était passé, mais les cinquante premières pages passées j'ai adoré ma lecture, c'est un coup de cœur.

On retrouve notre duo, Tris et Tobias qui alternent leur point de vue au fil des chapitres, après la mort de Jeanine. Maintenant ils ont rejoint les sans factions et des révolutions se mettent en place pour que les factions viennent à leur fin, ou ceux qui se retournent contre Evelyn, la nouvelle dirigeante. Tris et Tobias savent qu'il y a un monde à l'extérieur et vont décider de partir.
Mais une fois à l'extérieur, ils découvrent une nouvelle guerre, La guerre pure. Ils prennent connaissance du monde extérieur, du pourquoi du comment ils étaient enfermés dans leur ville. On en apprend plus sur leur passé, leur famille. Ce troisième tome est une sorte d'apprentissage que nous faisons en même temps que nos deux héros.

Cet ultime tome répond à énormément de nos questions, nous apporte de nouveaux dilemmes et de nouveaux problèmes. Nos deux protagonistes ont quitté une révolution pour entrer dans une deuxième. Ils découvrent l'envers du décor et leur haine envers ses nouveaux méchants est palpable.

Et bien sûr, parlons en de cette fin, certes elle est triste et nous brise le cœur, mais j'ai trouvé que cette fin était justifiée, je m'y attendais déjà dans le deuxième tome à une fin comme celle là.
Mais la réaction des autres à été une souffrance et me faisait pleurer encore et encore.

Veronica Roth arrive à nous faire passer par pleins d'émotions, elle arrive à répondre à nos questions, et le monde qu'elle a créé est bien construit, je n'ai pas trouvé d'erreur, ni d'incompréhension.


mardi 1 août 2017

Le Pays des contes tome 1, Le sortilège perdu

Auteur: Chris Colfer
Éditeur: Michel Lafon
Collection: -
Pages: 466
Parution: mai 2015
EAN: 9791022401395

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner...
Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. 
Et pour cause! Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité.
Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu'ils ont lues...


Mon avis:

" Il était une fois... Voilà les mots les plus magiques que notre monde ait jamais connus. Ils sont la porte d'entrée vers les meilleures histoires jamais contées. Ces mots nous interpellent, ils nous invitent à rejoindre un univers où nous sommes tous les bienvenus et où tout peut arriver. Des souris peuvent se transformer en hommes, des servantes, en princesses, et on peut apprendre des choses utiles en chemin...

Je dois dire que Chris Colfer chante aussi bien qu'il écrit. Ce premier tome est bien conté et la lecture est cosy dans le monde féérique dans lequel on est transporté. J'ai voyagé avec les personnages découvrant le monde à chaque recoins.

Nombreux contes bercent cette histoire et nos deux protagonistes, Conner et Alex tombent dans le livre Le Pays des contes, et l'univers inventé autour est époustouflant, tous les contes se mélangent et sont liés entre eux sans être brouillon. Chaque petite histoire à son importance, on voit enfin les revers de ces histoires que nous connaissons tous, et aussi l'auteur nous dit comment les contes ont intégré notre monde. Les grands fans de Once Upon a Time vont adorer cette saga, qui peut plaire à tous âges en suivant la quête des enfants, comme si à leur tour ils créaient leur propre histoire, leur propre conte avec une morale.

Cette lecture est une gourmandise, elle est fraîche et sans prise de tête, on découvre de nouvelles versions des contes, avec de nombreux rebondissements. Elle donne un sentiment d'apaisement.

dimanche 30 juillet 2017

Toi contre moi

Auteure: Jenny Downham
Éditeur: Pocket Jeunesse
Pages: 502

Collection: -
Parution: 2012
EAN: 9782266228619 

Lorsque Mikey apprend que sa sœur a été agressée, le monde s'écroule. Il n'a plus qu'une idée en tête: retrouver le coupable et venger Karyn.
Lorsque Ellie apprend que son frère a été désigné comme le coupable, elle perd pied à son tour.
Et lorsque Mikey et Ellie se rencontrent, l'imprévisible va se produire. Entre eux, que deux mondes séparent...




Mon avis:


"-Il y a une fille, à l'école... commença-t-elle. Le trimestre dernier, elle est sortie avec sept garçons. Tout le monde l'a traitée de pute.
Toujours la même rengaine.
-Tu n'es pas une pute, Karyn.
-... Et il y a ce garçon dans mon groupe de rattrapage qui a eu dix petites copines. Tu sais comment on l'appelle?
Mikey secoua la tête.
-Un tombeur.

J'ai découvert la plume de l'auteure avec son roman Je veux vivre que beaucoup connaissent. Celui là me tentait depuis un bout de temps. Ce n'est pas ce à quoi je m'attendais, on pense sûrement à un histoire d'amour interdite un peu à la Roméo et Juliette. Mais ce roman est beaucoup plus profond que tout ça sur un sujet qui n'est pas souvent abordé et qui reste tabou.

Mickey et Ellie ont tout pour se détester, la sœur de Mickey s'est faite violée par le frère d'Ellie, le frère d'Ellie est accusé pour le viol de la sœur de Mickey

Ce livre m'a tellement prit par les tripes que je ne sais comment vous en parlez, alors que ça fait des semaines que je suis sur cet article pour que vous compreniez à quel point il est vrai. Tout au long du livre on est en attente de savoir qui dit la vérité et qui ment pour pouvoir sauver cette fille de ses problèmes. On ne le prend pas à la légère, ce livre est bourré de faits qui nous concernent aujourd'hui: la représentation de femmes, l'attente des autres et la pression qu'on peut avoir pour être parfaite.

L'auteure sait comment magner les mots, elle sait nous transmettre des émotions fortes et dénoncer les injustices qui se passent.
Ce livre est beaucoup plus qu'un simple coup de cœur, c'est bien plus que ça. C'est un de ses livres qui vous laissent sans voix à la fin, qui vous a vidé.  


lundi 10 juillet 2017

Le monde de Narnia tome 2, Le lion, la sorcière blanche et l'armoire magique

Auteur: C.S. Lewis
Éditeur: Gallimard Jeunesse
Collection: Folio Junior
Pages: 2001
Parution: 196
EAN: 9782070619016
/!\ SPOILER TOME 1 /!\

Pendant la seconde guerre mondiale, les raids aériens se succèdent sur Londres. Peter, Edmund, Susan et Lucy ont trouvé refuge chez un vieux professeur quelque peu excentrique. Au cours d'une partie de cache-cache, Lucy pénètre dans une armoire. Elle se dissimule parmi les vêtements qui, insensiblement, deviennent les arbres d'une forêt enneigée. C'est ainsi qu'elle découvre l'extraordinaire pays de Narnia, où règne une sorcière aux pouvoirs maléfiques...

 Mon avis:
"Mais si le professeur a raison, ce n'est que le début des aventures à Narnia
 Je me suis enfin plongée dans la suite de cette série qui est à couper le souffle. Ce deuxième tome est un coup de cœur tout comme le premier, je l'ai dévoré en une après midi. C'est un monde impressionnant, qui fait rêver. J'ai maintenant hâte de pouvoir dévorer les tomes suivants.

Dans ce tome, on redécouvre le monde de Narnia sous un autre aspect, contrairement au premier tome c'est un monde froid où la peur y règne. C'est l'hiver depuis longtemps sans Noël.
Ce que j'apprécie dans ces romans c'est que l'on ne tourne pas autour du pot pendant longtemps, dès le premier chapitre le monde fantastique se met en place, on est au courant de ce qu'il se passe et de ce que les personnages auront à affronter. Une bataille est en marche contre la sorcière blanche qui se prend pour la reine.
La magie est très présente, ce monde est magique, on est transporté dans un monde parallèle féérique qui nous donne envie d'y aller.

Les personnages sont réalistes et on tous un trait de caractère qui leur est spécifié avec un nom: Peter le Magnifique, Susan le Douce, Edmund le Juste et Lucie la Vaillante. Ce sont des personnages riches en couleurs avec un cœur immense. J'ai eu l'impression d'être détachée de ces personnages comme s'ils n'étaient pas vraiment le sujet principal.

L'écriture est toujours aussi belle et fluide, il rend un univers tellement magique que ça en devient presque religieux, c'est quelque chose de sacré.






lundi 3 juillet 2017

Un sac de billes

Auteur: Joseph Joffo
Éditeur: Le livre de poche
Collection: Histoires de vies
Pages: 443
Parution: 2004
EAN: 9782013218696

Paris, 1941. Joseph a dix ans. Dans le pays occupé par les Allemands, Joseph et Maurice, son frère, tentent de gagner la zone libre. Un magnifique roman, qui est aussi une belle leçon de courage.






Mon avis:

"Je l'aime bien, il est bon d'avoir la Terre dans sa poche, les montagnes, les mers, tout ça bien enfoui. Je suis un géant et j'ai sur moi toutes les planètes.
Dans ce récit qui relate l'occupation Allemande, on suit l'histoire d'un garçon à peine âgé de dix ans devant fuir l'horreur de la guerre.
C'est un roman dur et violent émotionnellement, mais l'histoire est vu à travers les yeux d'un enfant, ce qui change tout de suite beaucoup de choses. Il doit se débrouiller, avec son grand frère, pour pouvoir accéder à la France Libre. Ils doivent surmonter de nombreuses péripéties, sans savoir à qui pouvoir faire confiance, en apprenant à mentir. C'est une histoire bouleversante, une péripétie des plus dangereuse qui nous tient en haleine durant les moments de danger. C'est une histoire qui devient une quête d'humanité pour pouvoir survivre. Il y a des moments très difficiles à vivre, qui ne manque pas de cruauté et qui nous font prendre pleinement conscience de ce qui se passait dans la vie quotidienne.

C'est une histoire qu'il faut lire pour essayer de comprendre un peu mieux ce qu'on put vivre les personnes, car on apprend des choses que l'on n'a pas vu en cours d'histoire.
Mais il m'a manqué quelque chose pour apprécier la lecture, le rythme dans lequel on est peut être assez long par moment, il y a des longueurs. L'écriture ne me paraissait pas fluide, elle était lourde. L'auteur arrive toutefois à nous faire passer les émotions des personnages à la perfection entre l'inquiétude, la tristesse et la peur. Il nous fait passer un message d'espoir.

samedi 1 juillet 2017

Beautiful tome 4, Beautiful Secret

Auteure: Christina Lauren
Éditeur: Hugo Roman
Collection: New Romance
Pages: 376
Parution: 2015
EAN: 9782755617269

Lorsque Niall, le frère de Max (héros de Beautiful Stranger, le bad boy anglais de la finance et séducteur notoire à Wall Street) vit pour la première fois une passion dévorante. Il traverse New-York de long en large pour concrétiser sa course à l'amour et à la luxure à travers Big Apple ! Il peut compter dans sa démarche sur l'aide de son frère et de ses amis.




 Mon avis:

"Un jour, j'écrirai un roman pour recenser toutes les choses mystérieuses qui m'attirent chez lui.
J'ai l'impression que plus on avance dans les tomes de la saga, plus ils me plaisent. Cette fois dans ce tome les rôles sont inversés c'est l'homme qui sort de quelque chose de compliqué et la femme qui a plus d'expérience. Même si le scénario de la fin reste identique à chaque histoire, le principal était que ce n'était pas une histoire dont tout commence par le sexe.
En plus on change de décor, on se retrouve à Londres avec des passages à Manhattan, ce qui nous permet de nous concentrer sur le couple et pas la bande d'amis qui m'insupporte.

Les personnages sont tous deux attachants avec leurs défauts et leurs qualités, mais le point négatif c'est que dans toute la saga, TOUS les personnages sont magnifiquement beau avec un corps de rêve et en plus ils sont richissime, ce qui est insupportable. Et dans le couple l'homme est toujours beaucoup plus âgé que la femme. Ce sont des personnages bien clichés, qui manquent d'originalité comme la saga.
Mais cette série augmente dans mon plaisir de lire ces histoires car l'histoire amoureuse du -commencement au milieu- varie des autres tomes.

Ce sont des romances faites pour cette saison d'été (malgré le temps pluvieux) qui se lisent rapidement, sans difficultés à part quelques yeux levés au ciel.
J'ai vu qu'il y a des entres-tomes où l'on peut retrouver un couple, mais les tomes principaux me suffisent amplement, je ne compte pas lire les tomes 'hors séries'.

mercredi 28 juin 2017

A comme Association tome 4, Le subtil parfum du soufre

Auteur: Pierre Bottero
Éditeur: Gallimard Jeunesse / Rageot 
Collection: Folio Junior / -
Pages: 180
Parution: 2012
EAN: 9782070634675
/!\ SPOILER TOME 1, 2 & 3 /!\

Lors d’une mission particulièrement éprouvante, Ombe sauve la vie d’un loup-garou. Elle ne l’aurait peut-être pas secouru si elle avait su qu’elle en tomberait amoureuse… Car son corps a beau être incassable, son cœur, lui, ne l’est pas.






Mon avis:

"Impossible de répondre. Trop de mots dans la même question. Le noir ne m'effraie pas. La solitude n'est pas liée à la nuit. Elle ne fait pas peur. Elle est juste triste.
Ce deuxième tome écrit par Pierre Bottero m'a beaucoup plus plu que le premier et c'est avec tristesse qu'il n'y aura pas de suite sur les aventures d'Ombe que je commençais à apprécier sous l'écriture de cet homme.

J'ai lu ce tome en une après midi et tout ce que je peux dire c'est que l'histoire continue son cours, rapidement, trop rapidement. Il n'y a pas assez de pages, c'est trop court! L'action est rapide, ce qui est bien, mais je trouve que c'est trop bref. On continue dans le train de vie de l'Association avec une intrigue majeure qui s'amplifie de plus en plus même si j'ai l'impression qu'on stagne. J'espère qu'au prochain tome on en sera plus sur ces mystérieux trafics, et cet homme qui manipule pas mal de monde.

Les personnages restent toujours fidèles à eux-mêmes avec une amélioration. Ombe préfère toujours l'acte à la parole mais se restreint et réfléchie avant d'agir bêtement. Jasper n'a pas quitté son humour mais arrive à être sérieux et à trouver les mots justes. On nous présente de nouveaux personnages qui sont attachants ou détestables. On en apprend plus sur la vie qu'a mené Ombe, et sur ses colocataires.

La plume de l'auteur reste fluide, l'action se passe rapidement. Cette fois il n'y a pas de longueurs, tout s'enchaîne à une allure folle. On passe de révélations en révélations.

Aristotle and Dante discover the secrets of the universe

Auteur: Benjamin Alire Saenz
Éditeur: Simon & Schuster
Collection: -
Pages: 359
Parution: 2012
EAN: 9781442408937

 Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais... C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers.



Mon avis:

"Words were different when they lived inside of you.

Cette lecture en V.O a été vraiment simple, à mon grand étonnement, ce qui a donc été plus facile de plonger tête la première dans cette fabuleuse histoire. C'est un coup de cœur, voire même beaucoup plus que ça, un livre lumière. Ce livre qui est beaucoup plus profond qu'un simple coup de cœur, ce livre qui vous cloue le bec. C'est une histoire qui vous transporte, qui vous coupe le souffle. C'est un livre dans lequel je me suis identifié. 

Les personnages sont attachants, Ari et Dante sortent tous deux du lot des normaux, ils sont bizarres, étranges. Ils sont charmants. Je me suis identifiée dans le personnage d'Ari, en quête de lui même, bouleversé par le silence de ses proches sur la vie de sa famille, énervé sans savoir pourquoi. Un adolescent à la recherche de lui même pour son passage à l'âge adulte. Les deux personnages se complètent, Dante est bavard, il sait -plus ou moins- qui il est, ce qu'il aime. Les deux amis vont de pairs, on ne peut les séparer, c'est un ensemble.

L'histoire est simple, ce qui la rend réelle. L'auteur y parle de sujets importants, sérieux avec une touche d'humour. Les thèmes, sont abordés du point de vue d'Ari qui ne parle pas beaucoup, on est dans ses pensées, dans le doute qu'il ressent. Ce qui nous arrive à tous.
En plus de tout ça la plume de l'auteur est poétique, on se fait transporter avec une plume des plus magiques dans les secrets de l'univers, les secrets qui nous entourent.

J'espère que vous avez pu comprendre. Ce livre est tellement fabuleux que je ne sais comment en parler. En plus on pleure beaucoup dans ce livre, non parce que c'est triste mais parce que c'est beau, c'est tellement beau que ça nous éblouit.


samedi 24 juin 2017

Tibet Mongolie: Grands récits de voyageurs sur les routes interdites

Illustrateur: Emmanuel Michel
Éditeur: Elytis
Collection: -
Pages: 178
Parution: 2011
EAN: 9782356390738

"Chez les nations civilisées, on rencontre partout sur ses pas des villes populeuses, une culture riche et variée, les mille produits des arts et de l'industrie, et les agitations incessantes du commerce. On s'y sent toujours entraîné et emporté comme dans un immense tourbillon. Dans les pays au contraire où la civilisation n'a pu encore se faire jour, ce ne sont que des forêts séculaires, avec leur exubérante et gigantesque végétation; l'âme est comme écrasée, par cette puissante et majestueuse nature. Ainsi parle Evariste Huc, écrivain-voyageur au début du XIXe siècle, à propos du Tibet et de la Mongolie. La fascination des Occidentaux pour ces contrées reculées n'est pas récente. De grands voyageurs, pas toujours humanistes, ont tenté d'y pénétrer alors même que les interdits y étaient nombreux. Avec le regard et les écrits de ces explorateurs, Emmanuel Michel, peintre de l'humain, ethnographe amoureux, met ici en scène cette partie de la terre où les hommes tutoient le ciel. 

Mon avis:  

Ces récits de voyages nous transportent dans les lieux lointains de l'Asie. En plus de nous faire voyager, ils nous apprennent la culture de ces différents pays, différentes régions avec leurs coutumes, leurs idéologies, leurs manières de vivre et en ce qu'ils croient.
Ce livre est riche, il est magnifique, nous suivons différents récits de différentes personnes à des périodes de l'histoire différentes, ce qui nous permet en plus d'apprendre leur culture d'apprendre l'histoire qui se déroule. 
Les illustrations de ce livre sont sublimes, elles sont à couper le souffle et se marient parfaitement avec les récits qui nous sont contés. 

C'est une lecture qui se feuillette, qui se lit progressivement. C'est une lecture riche et haute en couleurs, on en apprend un peu plus sur cette région à chaque page tourné.
Je vous recommande ce livre rien que pour la beauté de cet objet, de ces illustrations et de ces récits. C'est à couper le souffle. Ce sont des voyages qui peuvent donner envie ou non.

vendredi 16 juin 2017

Beautiful tome 3, Beautiful Player

Auteure: Christina Lauren
Éditeur: Hugo Roman
Collection: New Romance
Pages: 391
Parution: 5 juin 2014
EAN: 9782266250870

Lorsque Hanna “Ziggy” Bergstrom emménage à New York City pour son master, Will Sunner croyait que ses responsabilités vis-à-vis de la petite soeur de son meilleur ami se limiteraient à un dîner occasionnel et à veiller sur elle de temps à autres. Il était loin d'imaginer que Ziggy était prête à sortir de son cocon académique pour se lancer dans la vie sociale. Bien entendu, elle est persuadée que Will est la meilleure personne pour devenir son mentor dans son nouveau sujet d'études : sortir avec quelqu'un. 
Will accepte le défi avec une bonne dose de scepticisme et d'humour, mais il va vite se rendre compte que Ziggy n'avait besoin que de peu d'encouragements pour devenir une femme que tout homme remarque sur son passage. Bien vite, ''Ziggy'' n'est plus, mais va se transformer en l'innocente séductrice Hanna Bergstrom... la femme qui hante ses rêves, est responsable de ses humeurs et interfère même avec sa vie amoureuse sans attaches.


Mon avis:
  
" Tout ce qui est rare aux êtres rares.

Ce tome, contrairement aux deux autres m'a agréablement surpris. On ne tombe pas directement dans le cliché du plan cul, l'histoire est allé plus loin. Nos deux protagonistes se connaissent depuis longtemps. Et il y avait déjà une attirance sexuelle, mais bon...

En y repensant, dans chacun des tomes, l'homme qui est mis en avant est un parfait connard. Ils incarnent la caricature parfaite des hommes, ce qui m'exaspère. Ils sont forcément les plus beau de tout New York, âgés donc ils ont de l'expérience, ils sont riches, travaillent dans de grandes entreprises. Et bien sûr, c'est la jeune femme qui va faire chambouler le cour de l'homme, le rendant complètement stupide

Mais ce tome là m'a particulièrement plu, les deux personnages sont attachants. On les voit évoluer d'amis à plus que ça. Leur histoire est charmante, surtout avec ces deux personnages qui parlent ouvertement de tout, sans aucun tabou, ce qui les rend encore plus charismatique et qui donne cette touche d'humour. 

Même si les clichés de cette saga me font me tirer les cheveux, ces romances sont une bouffée d'air frais et parfaite pour l'été qui arrive à grand pas. Les romances ne nous prennent pas la tête, on n'a pas besoin de réfléchir. 
Bref une bonne lecture, je compte lire le dernier tome cet été, mais je ne pense pas lire les autres histoires qui continuent de raconter la vie des couples qu'on a suivit.

La 5ème vague tome 3, La dernière étoile

Auteur: Rick Yancey
Éditeur: Robert Laffont
Collection: R
Pages: 418
Parution: 26 mai 2016 
EAN: 9782221134276
/!\ SPOILER TOME 1 & 2 /!\

Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver...
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis d'abord par les Autres, et maintenant par eux-mêmes.
En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime: sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.


Mon avis:
"N'oublie jamais, Sams. L'amour est éternel. S'il ne l'étais pas, ce ne serait pas de l'amour. Le monde est magnifique. S'il ne l'était pas, ce ne serait pas le monde.

Voilà une trilogie qui se termine en beauté, dans une explosion magnifique. Après les deux premiers tomes où on ne nous indique pas qui est le narrateur -car on en change souvent- dans ce tome là, ça nous est indiqué. Cela fait maintenant un an que j'ai lu les deux premiers tomes, j'ai donc eu du mal à retourner dans cet univers, mais une fois vraiment plongée dedans, c'était splendide.

Cette lecture me laisse mitigé, je l'ai aimé en même temps je suis confuse. On passe directement à l'action mais lentement, j'ai trouvé que ça a mis du temps à se mettre en place. L'histoire reste confuse, j'avais l'impression d'avancer dans un brouillard sans savoir où je mettais les pieds. Je n'ai pas eu ce sentiment qui me donnait envie de lire la suite tout de suite, et je suis plutôt contente d'avoir pris le temps et de pouvoir, ainsi le savourer. La fin de l'histoire, le dénouement de cette aventure m'a chamboulé, elle est d'une beauté poétique, ce qui contraste avec le roman qui se déroule dans une période sombre où la mort nous côtoie. Le message que fait passé Rick est une claque à la figure. Je ne peux m'empêcher d'y repenser.

Les sentiments que j'ai éprouvé pour les personnages est un ascenseur émotionnel. Je suis passée de l'admiration, à la haine et à la compréhension au long du roman. C'est perturbant de ne pas pouvoir définir le ressenti que m'ont laissé les personnages. On retrouve la trahison, la haine, la colère, les promesses, les sacrifices et bien d'autres choses. On retrouve l'humanité, une humanité soudée comme brisée. Les personnages ont plein de facettes différentes, ce qui les rend encore plus humains.

Ce qui m'a vraiment perturbé, ce sont les choses que je ne comprenais pas, des éléments ont du passer à travers mon cerveau sans s'y arrêter. Parce que là!

Ce dernier tome de la série est sublime, déroutant. Je l'ai apprécié. Il me laisse pantelante avec mes pensées sur l'humanité qui a perdu son humanité. Je trouve que ce tome reflète un problème de notre société dans un tout autre contexte.

lundi 12 juin 2017

Beautiful tome 2, Beautiful Stranger

Auteure: Christina Lauren
Éditeur: Hugo Roman
Collection: New Romance
Pages: 384
Parution: 2013
EAN: 978-2755613674

Pour échapper à son ex qui l'a trompée, Sara Dillon, une jeune prodige de la finance, a emménagé à New York City et cherche un peu d'action mais pas de relation. Faire la connaissance de l'irrésistible britannique dans un club n'aurait dû être qu'une nuit de fun, mais la manière et la vitesse à laquelle il noie ses inhibitions va transformer ce coup d'un soir en son Bel Étranger. Toute la ville sait que Max Stella aime les femmes, bien qu'il n'en ai jamais trouvé une qu'il aimerait garder. En dépit de son charme de bad boy, ce n'est qu'avec Sara - et les photos qu'elle lui a laissé prendre d'elle - qu'il commence à se demander s'il n'a pas trouvé quelqu'un à garder... et pas que dans son lit.

Mon avis:

"J'ai vu la manière dont il vous regardait quand il est venu lundi. Il serait prêt à vous offrir ses testicules pour vous en faire un collier.

Voilà, on continue dans la période de stress alors je continue avec mes livres à l'eau de rose et très gnangnan. Ce qui est bien dans cette série, c'est que chaque tome on s'attarde sur un couple différent, on peut un peu les lire dans l'ordre que l'on veut. Enfin on est spoilé de la fin du couple précédent.

Ce deuxième tome m'a beaucoup plus plus que le premier, sûrement grâce aux personnages que je trouve géniaux. Ils ne sont pas dans l'excès contrairement aux autres, ils sont un peu plus vrais et beaucoup plus attachants, même si les clichés étaient toujours présents. Max Stella représente LE mec bien cliché: il fait tomber toutes les femmes et ne s'attache à aucunes. Sara Dillon est un peu moins cliché, son ex copain l'utilisait et maintenant elle veut seulement se faire plaisir, vivre le passage des jeunes adultes qu'elle n'a jamais eu.
Mais voilà mon petit problème avec cette série, les deux premiers romans commencent exactement de la même manière, en histoire de cul! Il me manque cette originalité, ce n'est que du sexe, il n'y a que ça. Je ne trouve pas ça hyper développé, on alterne les points de vue qui nous disent à quel point il ne font que penser à leurs ébats amoureux.

L'humour est toujours présent mais moins que dans le premier, dans ce tome on s'attarde plus sur ce qu'ils ressentent, comment réapprendre à vivre une vie que l'on n'a jamais eu. On entre un peu plus dans la vie des personnages, leur vie personnelle, à eux tout seul. Pas 24 heures sur 24 avec son plan cul!

L'écriture de l'auteure est toujours aussi fluide et agréable. J'aime beaucoup le fait, que au fil des tomes, elle arrive à changer son style d'écriture en fonction des personnages qu'elle incarne. Chaque personnage à son propre style de langage, sa propre façon de penser.