jeudi 23 novembre 2017

Les anges de l'abîme

Auteur: Magnus Nordin
Éditeur: Rouergue
Collection: doado noir
Pages: 341
Parution: octobre 2014
EAN: 9782812607165

Lorsque Alice fait sa rentrée au lycée de Fjärlunda, elle est tout de suite prise en main par une jeune enseignante sympa, Molly Zetterholm, qui semble très proche de certains élèves. Elle qui déménage sans cesse apprécie de ne plus être seule. Très vite, elle rejoint leur groupe secret, les Anges de l'abîme
Car, dans cette ville en apparence tranquille, chacun a ses zones d'ombres. Fausses identités, pseudos: on ne sait jamais qui se tient derrière l'écran lorsqu'on tient une conversation en ligne.


"C'est étrange, elle se souvient parfaitement de ce moment. Comme si Noa avait vraiment existé. Car elle était incapable de renoncer au sentiment de bonheur que ces trois petits mots avaient éveillé en elle: tu es belle.

Mon avis:


Lorsque j'ai vu ce roman, j'ai tout de suite su que ça allait être un bouleversement et le résumé n'explique en rien ce que ce livre cache derrière sa mystérieuse couverture.  
L'entrée dans l'histoire est déroutante, on ne sait pas qui on suit, on remonte dans le temps puis on va dans le futur pour suivre d'autres personnages, mais tout se croise. 
C'est un roman qui évoque des sujets difficiles et sensibles, âmes sensibles s'abstenir! 
Le thème abordé est le viol, les rencontres sur internet qui tournent mal, les accusés qui sortent sans avoir été en prison. Autant de choses qui nous révoltent et qui m'ont chamboulé. On ne peut sortir de cette lecture indemne.
Une grande question m'a accompagné du début à la fin de ma lecture: qui dois faire le justice? Les policiers ont du mal a arrêté les 'méchants', la justice les laisse s'échapper. Est-ce que créer un groupe pour traquer ces malades mentaux est la solution? Devons nous nous-même faire la loi pour se protéger et protéger les autres de ces personnes? N'est ce pas immoral?

Le trio qu'on va suivre principalement est attachant, on souhaite que tout s'arrange pour eux. Mais vont-ils réussir à faire les justiciers sans que tout ça dégénère? Chacun des personnages à un passé douloureux qui va avoir des conséquences sur ce que ce trio fait. On se demande tout au long si ils vont se venger.
Alice est la plus discrète du groupe, elle fait tout pour qu'on ne la remarque pas. Elle ne vit pas mais survie, c'est ce que j'ai trouvé impressionnant pour ce personnage. Alice est l'opposé de Samira qui fait un peu rebelle. Le seul personnage masculin du trio, Hannes, est resté à l'écart de l'histoire. Je trouve que même si on nous racontait son passé et sa vie, il se cachait un peu dans l'ombre de cette histoire. Molly, la 'chef' du groupe est mystérieuse, on ne sait pas ce qui se passe chez elle.

C'est un roman poignant et traumatisant, l'auteur manie parfaitement le sujet et l'action est juste sublime, on est pris dedans et on ne peut s'arrêter avant d'avoir lu le dernier mot de ce livre.

vendredi 17 novembre 2017

A comme Association tome 6, Ce qui dort dans la nuit

Auteur: Erik L'Homme
Éditeur: Gallimard Jeunesse / Rageot
Collection: Folio Junior / -
Pages: 203
Parution: 2011
EAN: 9782070642076
/!\SPOILER TOMES PRÉCÉDENTS/!\

Lorsque Jasper se décide enfin à revenir à l'Association, il trouve porte close. Entre de faux Agents qui traquent un sorcier joueur de tambour dans le métro et de vrais vampires qui organisent une fête sanglante dans un manoir de banlieue, il n'a pas le temps de s'étonner. Accompagné de son fidèle sortilège Fafnir et d'Ombe qui lui prodigue toutes sortes de conseils bizarres, Jasper mène l'enquête… Ignorant que Walter a disparu et que Mademoiselle Rose passe son temps à discuter avec un miroir, accroché dans sa cuisine ! Jasper sauve la vie de l'Agent stagiaire Nina et remonte avec elle la piste de l'étrange sorcier. Une piste semée de cadavres. Mais qui, du sorcier qui a pris Walter en chasse ou de la troublante Nina, risque le plus de causer sa perte ?


Mon avis:

"On a souvent le sentiment qu'on ne peut pas mourir. Parce qu'on imagine que la mort nous attend loin devant, tout au bout. Au bout de quoi?

Ce sixième tome m'a énormément plu, on en découvre de plus en plus en peu de pages. Et avec une fin pareille on à hâte de la suite. Dans le cinquième tome, Jasper est hanté par Ombe et il peut l'entendre, on essaye en même temps que lui de comprendre ce qui se passe et j'ai quelques suppositions...

Enfin! On ne tourne pas autour du pot pour commencer l'action! Dans ce tome on est directement plongé dans les aventures de Jasper, qui, pour la première fois, se retrouve vraiment seul. Personne n'est là pour l'aider, personne ne lui répond. Un nouveau personnage apparaît dans le tableau des 'méchants', et tout ce que l'on savait jusque là est remis en question. On nage un peu dans l'eau trouble et on se pose des questions: qui dirige ce qui se passe? Qui veut la mort des Agents?
La saga prend un tournant qui ma plaît beaucoup et j'ai hâte d'en savoir plus sur tout ça et savoir comment ça va se terminer.

Je suis encore plus joie car Jasper évolue, il n'est plus le jeune garçon qui agit sans réfléchir avec ses blagues et son narcissisme. Comme si la mort d'Ombe, où peut-être le fait qu'il l'entend l'avait fait mûrir. J'ai l'impression qu'il se rend enfin compte de ce qui se passe avec tous ses massacres...
En plus on entre dans le monde de ses rêves, qui sont assez étranges, on ne sait pas si c'est vrai, prémonitoire mais ses rêves révèlent un côté obscur.

Le seul point négatif qui m'a fait lever les yeux au ciel est la romance. Je trouve qu'elle n'a pas lieu d'être, c'est mal amené et ça n'a aucun sens. Cette romance n'était pas très présente alors ça passe, j'espère juste qu'elle s'éteindra un peu par la suite.

jeudi 16 novembre 2017

Charlie et la Chocolaterie

Auteur: Roald Dahl
Éditeur: Gallimard Jeunesse
Collection: Folio Junior
Pages: 195
Parution: 1997
EAN: 9782070513338

Le métier de visseur de capuchons de tubes de dentifrice ne permettait pas à Mr Bucket de subvenir aux besoins de sa nombreuse famille: Mrs Bucket son épouse, grand-maman Joséphine, grand-papa Joe, grand-papa Georges et grand-maman Georgina. Sans oublier le petit Charlie dont le rêve le plus fou était de manger du chocolat! Aussi, quelle ne fut pas l'émotion du jeune garçon en apprenant que Willy Wonka invitait cinq enfants à visiter sa merveilleuse chocolaterie, la plus célèbre du monde entier. Les cinq enfants qui découvriraient un ticket d'or caché dans cinq bâtons de chocolat...

Mon avis:

"En effet, renifla grand-mère Georgina. Et, aussi sûr que je mangerais de la soupe aux choux demain soir, ce ticket ira encore à une vilaine petite brute qui ne le mérite pas.

Après avoir vu le film mainte et mainte fois je commençais à connaître les dialogues par cœur. Et après toutes ces années je me décide enfin de lire cette histoire. C'est une de ces lectures toutes douces et toutes mignonnes parfaites pour l'hiver. Je trouve en plus que cette histoire est parfaite pour les fêtes de fin d'année avec cette magie et ces miracles.

On est plongé dans une ambiance familiale qui nous donne cet aspect cocooning, même si avant d'entrer dans la chocolaterie tout est sombre et froid. Et dès que l'on entre dedans, tout devient joyeux, coloré et éblouissant. Le livre est beaucoup plus chaleureux que le film.

Willy Wonka est génial avec toutes ses idées farfelues, son caractère joyeux et moqueur nous font bien rire. J'ai l'impression que chacun des autres enfants représentaient un péché, Augustus la gourmandise, Veruca l'envie, Violette l'orgueil et Mike la paresse. Mais Charlie représente tout le contraire, et nous prouve qu'il suffit de pas grand chose pour être heureux.

jeudi 9 novembre 2017

L'épouvanteur tome 1, L'apprenti épouvanteur

Auteur: Joseph Delaney
Éditeur: Bayard Jeunesse
Collection: -
Pages: 276
Parution: 2005
EAN: 9782747017107

Thomas Ward, le septième fils d'un septième fils, devient l'apprenti de l'épouvanteur du compté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire...
Cependant il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit et l'horreur commence...




Mon avis:

" Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu'un le fasse. Il faut que quelqu'un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable.

J'ai les trois premiers tomes de cette saga dans ma bibliothèque, mais j'avais déjà lu les deux premiers tomes et il faut dire que je n'en avais aucun souvenirs et aucune envie de replonger dans ce monde. Mais j'avais quand même le désir de redécouvrir ce monde car je les avais apprécié. *J'espère que vous suivez ce que je raconte*. Alors dans cette période d'automne et du Pumpkin Autumn Challenge c'était parfait pour les ressortir.

Dès le début du roman on plonge dans cette ambiance mythique et frissonnante. On suit Thomas âgé de treize ans qui va suivre une formation pour devenir un épouvanteur. Attention, il n'y a rien de normal dans cette formation entre apprendre les différents types de sorcières, apprendre à capturer et emprisonner des gobelins, devoir se défendre face à d'horribles situations on se trouve loin de ce qui est rassurant. On est embarqué dans la magie et également dans la mystériosité de ce roman. On demande à en savoir plus, à en connaître plus de ce monde, de ces créatures et de ces personnages. Que nous cache l'épouvanteur?
La fin de l'histoire nous laisse en suspens, que va-t-il se passer? Que vont devenir les personnages?

En parlant des personnages, je trouve qu'ils ne sont pas assez attachants, ils manquent d'originalités. Ils ne m'ont pas vraiment plus, Thomas est niais et ne sait pas vraiment prendre des choix, mais c'est un enfant qui n'a que treize ans donc il ne faut pas lui en vouloir. J'ai hâte de voir son évolution à travers les tomes!
Son maître est intéressant, on en sait peu et on aimerait le découvrir un peu plus sur lui, son passé. Il a quelque chose de mystérieux, de sombre qui nous donne envie d'en apprendre plus.

Cette lecture m'a laissé mitigé, l'histoire et le monde est splendide et magique alors que le personnage principal ne m'a pas convaincu. On verra ce que ça donne dans les prochains tomes car que je compte bien continuer cette saga!

mardi 31 octobre 2017

Tarte au potimarron

Voilà, on est en automne depuis le 22 septembre et en ce moment les températures baissent, le temps est gris... Quoi de mieux que de rester au chaud à côté de la cheminée avec un bon bouquin et de quoi manger pour accompagner sa lecture?

J'ai découvert cette recette il y a peu de temps et elle est exquise! A nous couper le souffle! Et son odeur, olàlà, rien que d'y penser je suis en train de fondre!
Il était de mon devoir de vous en faire part surtout en cette saison et en ce jour de Halloween. Je me suis sentie comme une sorcière préparant une potion, ou un breuvage dangereux, c'était magique! 






Ingrédients à mettre dans le chaudron:

1 potimarron (environ 1,5kg)
1 pâte brisée ou sablée
150g de sucre
3 cuillères à soupe de maïzena (farine de blé marche aussi très bien)
15cl de lait
2 œufs
1 cuillère à café de cannelle

Procédure de la potion:


  1. Étaler la pâte dans un moule à tarte, puis piquer la à l'aide d'une fourchette. Réservez au frais en préparant la suite.
  2. Préchauffez le four à 180°C. Faire bouillir 2 litres d'eau.
  3. Pendant ce temps, préparer le potimarron (épépiner, enlever la peau et couper en morceaux). Faire cuire les morceaux dans l'eau chaude pendant 25 minutes, il faut que les morceaux deviennent moelleux.
  4. Égoutter les morceaux, puis les écraser en purée (avec une fourchette ou au mixeur).
  5. Dans un saladier, battre le sucre et les œufs jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez la maïzena, puis le lait et la cannelle, et enfin, incorporez délicatement la purée à ce mélange.
  6. Versez la préparation sur la pâte et enfournez la au four pendant 40 minutes
  7. Vous pouvez ensuite la saupoudrer de noix, cannelle, sucre glace, chantilly... Faites selon vos goûts et dégustez!
 

dimanche 29 octobre 2017

Northanger Abbey

Auteur: Jane Austen
Éditeur: Milady
Collection: Romance - Romantique
Pages: 288
Parution: 20 janvier 2016
EAN: 9782811216313

À dix-sept ans, Catherine Morland est férue de romans gothiques. Lors d'un voyage à Bath, elle fait la rencontre de Henry Tilney et de sa famille qui l'invitent à séjourner dans leur mystérieux manoir. L'imagination débordante de la jeune fille va la mener au-delà de ses rêves en la guidant vers l'âge adulte et l'amour...





Mon avis:

"[Dans un roman] se manifestent les plus grands talents de l'esprit, où sont transmis au monde, dans un langage choisi, la connaissance la plus complète de la nature humaine, la peinture la plus juste de sa diversité, les traits les plus vifs d'esprit et d'humour.

Le premier Jane Austen que j'ai lu fut Orgueil et Préjugés que j'avais beaucoup aimé. C'est avec plaisir que je poursuis ces écrits et en plus, celui là est parfait pour la saison. Je l'ai tout autant aimé.

L'histoire est déjà toute écrite, on connait la fin avant de l'avoir commencé, mais on ne sait pas comment toute cette trame va se mettre en place. Et après 50 pages de longueurs qui ne nous amenait à rien, l'histoire commence vraiment et je n'ai pas pu la lâcher.
Dans ce roman on découvre de nouveaux paysages d'Angleterre comme Bath et l'Abbaye de Northanger où on y fait un séjour.
Le décor est parfait, l'ambiance a cette touche de festivité la journée et de mystère la nuit.

Les personnages abordent tous un aspect différent, les Thorpes représentent l'orgueil, la vanité et l'égoïsme et sont tout à fait détestable dès la première page; les Tilney sont doux, charmants, ils nous font fondre devant tant de tendresse; et quant à Catherine, elle incarne la gentillesse et la bonté avec un grand cœur.
On comprend directement que la romance va tourner autour de Tilney et Catherine. Cette histoire qui n'a pas beaucoup de rebondissement m'a été fortement agréable.

Mais le résumé de cette édition m'a déçu, il en révèle trop et pas assez: il résume la deuxième partie de l'histoire qui est la fin et oublie tout ce qui se passe avant à Bath. Je suis donc heureuse de m'être seulement fiée à l'auteure et non au résumé.

jeudi 26 octobre 2017

The Curious Incident of the Dog in the Night-Time

Auteur: Mark Haddon
Éditeur: Vintage
Collection: -
Pages: 224
Parution: 2004
EAN: 9780099470434

Il a 15 ans et s'appelle Christopher Boone. Il excelle en mathématiques et adore Sherlock Holmes. Il aime les diagrammes, les listes, la vérité. Il ne supporte pas qu'on le touche. Pour lui, 4 voitures rouges à la file sont synonymes de Bonne Journée; 3 voitures rouges : d'une Assez Bonne Journée ; 5 voitures rouges : d'une Super Bonne Journée. Il est autiste et porte en lui une part de génie. Quand un jour, Christophe apprend que Wellington, le caniche de sa voisine, a été assassiné, il décide de mener l'enquête qui va lui permettre d'arracher au passé l'énigme de sa propre histoire. Et de nous la raconter...


Mon avis

"And that makes you seem very small, and if you have difficult things in your life it is nice to think that they are what is called negligible which means that they are so small you don't have to take them into account when you are calculating something.

Cette deuxième lecture pour les cours a été très intéressante, je m'attendais à tout sauf à ça. Le titre de ce livre me disait quelque chose puisqu'à un salon du livre j'avais reçu le jeu de cartes de ce livre.
Si vous décider de vous lancer dans une lecture en VO anglaise, je vous conseille fortement celui là, le vocabulaire est simple, l'histoire aussi.

On est plongé dans l'histoire dès le premier chapitre lorsqu'on nous dit qu'un chien a été tué et que Christophe va mener l'enquête pour savoir qui l'a tué. Ce qui est étrange, et qu'on remarque dès la première page c'est que, pour un livre pour les jeunes le vocabulaire est très violent, cru et déroutant. Par exemple lorsque Christophe nous décrit le cadavre du chien, il a l'air détaché de tout ça, de l'horreur de ce qu'il voit. Il a une vision d'un enfant très jeune, ce qui nous explique sa maladie.
Il y a, en quelque sorte, deux enquêtes différentes que fait le lecteur: on enquête avec Christophe sur le meurtre, mais à la même occasion on enquête également sur lui, sa vie, ce qui se passe dans sa tête... Et plus on en apprend au fur et à mesure des pages, plus notre petit cœur se brise. A certains moments j'éprouvais de la peine pour cette histoire.

Christophe est un personnage qui nous intrigue, sûrement du à sa maladie et à sa façon de raconter ce qu'il vit. C'est un personnage étrange qui est attachant, il vit dans sa bulle, décalé du monde qui l'entoure car il n'arrive pas à le comprendre. C'est intéressant de le découvrir car on en apprend aussi sur cette maladie.

La structure de ce livre est assez perturbante. Déjà les noms des chapitres ne sont pas dans l'ordre que l'on a l'habitude, et ça va être nous être expliqué dans le roman qu'écrit Christophe. Il y a aussi deux différents types de récits, celui où on suit le protagoniste dans l'enquête du crime mais d'une autre part il nous raconte aussi sa vie, ce qui se passe chez lui et du coup ce roman devient de plus en plus une enquête sur Christopher en même temps que l'enquête sur le meurtre du chien.
J'ai parfois décroché et sauté des passages, le personnage parle énormément de mathématiques, il aime ça et nous en fait part. C'est vrai que parfois ça m'intéressait, mais sinon je n'arrivait pas à le lire et ça m'embrouillait le cerveau.

jeudi 12 octobre 2017

A streetcar named desire

Auteur: Tennessee Williams
Éditeur: Penguin
Collection: Modern Classics
Pages: 128
Parution: 2009
EAN: 9780141190273

Dans un appartement minable de La Nouvelle-Orléans, Stella Du Bois, descendante d'une vieille famille aristocratique, vit avec son mari Stanley Kowalsky, un Polonais pour les beaux yeux duquel elle a abandonné la plantation familiale.
Survient Blanche, la sœur de Stella : une créature de feu et de chair. Ce ménage à trois diabolique a fait le triomphe que l'on sait dans le monde entier de la plus célèbre des pièces de Tennessee Williams, adaptée à l'écran avec Marlon Brando et Vivien Leigh.


Mon avis:

"I made the discovery — love. All at once and much, much too completely. It was like you suddenly turned a blinding light on something that had always been half in shadow, that’s how it struck the world for me.

Voici mon tout premier livre en VO à lire pour la Fac. Il faut dire que je m'attendais à quelque chose de très compliqué, avec un vocabulaire incompréhensible. Mais pas du tout, il s'est lu facilement et l'histoire m'a énormément plu.

On découvre l'univers dans lequel vit Stella et son mari, lorsque la sœur de cette dernière, Blanche, arrive. Blanche s'étonne du milieu 'minable' dans lequel sa sœur habite, elle juge tout ce qui se passe chez eux, le mari, les voisins, les habits... Elle a une vision du monde très différente de Stella qui se contre-fiche de tout ça, et veut absolument aider Blanche.

Mais voilà, les deux sœurs ont perdu leur maison, 'Belle Rêve' et lorsque Blanche revient avec beaucoup de bijoux et de vêtements de luxe, Stanley (le mari de Stella) l'accuse d'avoir acheté tout ça avec l'argent de la maison. Tout un mystère se met en place autour du personnage de Blanche, plus on avance dans l'histoire, plus on découvre le passé de cette dernière qui devient de plus en plus étrange.

Les personnages sont originaux, même si certaines de leurs actions peuvent nous faire lever les yeux au ciel, comme la domination de Blanche par rapport à sa sœur. Stanley est quant à lui est le bon gros macho mais qui est fou amoureux de sa femme et ferait tout pour l'aider, il a souvent des réunions poker avec ses amis et ça part un peu en vrille. Mais les personnages sont attachants.
J'ai trouvé que l'endroit dans lequel on était, c'est à dire l'immeuble où vit Stella et Stanley, est un endroit chaleureux, qui donne envie de venir s'emmitoufler. Je sais c'est étrange surtout quand parfois l'atmosphère est froide.

jeudi 5 octobre 2017

Lettre à mon ravisseur

Auteur: Lucy Christopher
Éditeur: Gallimard
Collection: Sripto
Pages: 338
Parution: 2010
EAN: 9782070628445

Ça c'est passé comme ça. J'ai été volée dans un aéroport. Enlevée à tout ce que je connaissais, tout ce qui était ma vie. Parachutée dans le sable et la chaleur. Tu me voulais pour longtemps. Et tu voulais que je t'aime.

Ceci est mon histoire. Une histoire de survie. Une lettre de nulle part.



Mon avis:

"C'était bizarre de t'entendre parler autant. D'habitude tu ne disais que deux ou trois mots à la fois. Je n'avais jamais imaginé que toi aussi, tu avais une histoire. Jusque là, tu n'étais qu'un ravisseur sans circonstances atténuantes. Tu te résumais à un être stupide, mauvais et dérangé. En te mettant à parler, tu as changé.

Ce roman maintenant fini, je ne sais pas où le mettre. Il est tellement bouleversant, choquant et étrange que je ne sais pas si c'est un coup de cœur, un livre lumière ou ni l'un ni l'autre.

Dans ce roman on suit Gemma, une jeune britannique qui est à l'aéroport et elle se fait enlevée. Elle parle à son ravisseur comme si tout était normal avant que le terrible acte arrive.
Lorsqu'elle se réveille, Gemma ne sait pas où elle est. On ressent les mêmes émotions qu'elle, on est terrorisé par ce qui peut arriver. On est coincé entre la peur et l'envie de liberté, de s'échapper.
Des milliards de questions se mettent en place au fur et à mesure de l'histoire: Pourquoi elle? Pourquoi l'avoir kidnappé? Va-t-elle retrouvé sa liberté?
Ce n'est pas un roman banal, où le méchant entre dans le cliché du bon gros méchant. Non là on apprend à le connaître, à savoir qui il est. On se rend compte qu'il est un humain comme nous, qu'il a passé qui joue beaucoup sur le présent.On apprend à l'apprécier au fur et à mesure, une sorte d'attirance malsaine car on sait qu'il a kidnappé quelqu'un et que ce n'est pas bien. Nos sentiments, comme ceux de Gemma se retrouve à être anormaux, mais il faut survivre.

Le pire des sentiments qu'on peut avoir, ce livre nous le fait ressentir: être pris en cage et ne pas pouvoir s'échapper. On est habitué à être libre, à pouvoir faire ce que l'on veut. Mais là, on se retrouve au milieu de rien, bloqué dans le désert sans aucun moyen d'échappatoire. Ce qui est horrible, on est coincé dans le néant. Alors il n'y a qu'un solution, survivre avec le ravisseur.
L'auteure joue énormément sur les sentiments, on n'est perdu et ce qu'on peut ressentir peut nous paraître étrange.

L'histoire vaut vraiment le détour, elle est captivante, éprouvante et tourne un peu vers le malsain à cause de ce qu'on ressent. Nos émotions sont vraiment mis en avant pour rejoindre Gemma, on se sent nous aussi prisonnier. On est directement plongé dans l'histoire, le fait qu'il n'y est pas de chapitre nous prend dedans, on n'arrive pas à le poser facilement, on le dévore.

 

jeudi 28 septembre 2017

Chroniques des Enchanteurs tome 1, 16 Lunes

Auteures: Kami Garcia / Margaret Stohl
Éditeur: Le livre de poche
Collection: Black Moon
Pages: 640
Parution: Octobre 2011
EAN: 9782013230063

J'ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je puisse la sauver. Je me savais lié à elle d'une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os au lycée. Elle était belle et mystérieuse. Si j'avais su qu'en même temps que cette fille surgirait aussi une malédiction...





Mon avis:

"La solitude, c'est tenir celui qu'on aime quand on sait qu'on risque de ne plus jamais le tenir.


Ce roman était l'un des plus vieux de ma PAL. Il trainait dans ma bibliothèque et prenait la poussière. Je me suis dit qu'il était grand temps de l'ouvrir, surtout durant cette période pour les sorcières et la magie: l'automne.

Il est vrai que j'ai eu énormément de mal à démarrer, il y avait beaucoup trop de descriptions qui ne m'ont paru sans importances au récit de la trame principale, qui prend aussi beaucoup de temps à commencer. J'ai persévéré et au bout d'une centaine de pages, ça commence enfin!
L'histoire m'a plu, même si elle manquait d'originalité: encore une 'élue', le côté sombre et le côté lumière. Mais il y a quand même pas mal de points positifs, le monde créé par les auteures est riche, il est construit, on le découvre par des flashbacks et par des révélations qui nous laissent sans voix, surtout cette fin qui m'a énormément surprise!
Le rythme de l'histoire reste assez lent avec toutes ses descriptions, ce qui m'a un peu dégoûté de ma lecture à certains moments, les révélations prennent du temps à venir et à s'expliquer, mais une fois que c'est fait ça nous donne un tout autre sens à l'histoire.

Je suis tombée sous le charme de tous ses personnages, en allant de la famille d'Ethan à la famille de Lena. Ils ont tous une place importante à jouer dans l'histoire des '16 Lunes'. De découvrir l'histoire des familles rajoutaient quelque chose de précieux à cette histoire. L'oncle Macon et la gouvernante, Amma, rajoutaient une touche d'humour à toute cette horreur avec leurs étranges manies et secrets. C'est déroutant de savoir que Ethan et Lena se connaissent depuis plus longtemps, avant même qu'elle arrive en ville, ce qui rajoute une touche de mystère à ce duo. Ils vont devoir s'entraider et se tenir les coudes face aux autres habitants du village qui n'aiment pas les étrangers, d'autant moins ceux de la famille de Lena. On découvre au fur et à mesure des tensions qui date de longtemps et qui refont surface pour compléter l'histoire du monde qui a été créé.

Les plumes des auteurs n'ont rien de particuliers ni d'originales, elle est simple mais beaucoup trop lourde à certains moments, surtout durant les descriptions. Les passages 'émouvants' ne m'ont transmis rien de plus qu'un pincement au cœur, ce qui m'a un peu déçu, je m'attendais à plus de sentiments et d'émotions pour cette lecture.

Ce premier tome a été une bonne lecture, mais sans plus. Je compte bien continuer cependant, les tomes sont déjà dans ma PAL depuis un bon moment aussi.

mercredi 13 septembre 2017

Les Chroniques du Monde Emergé tome 2, La mission de Sennar

Auteure: Licia Troisi
Éditeur: Pocket Jeunesse
Collection: -
Pages: 457
Parution: 2009
EAN: 9782266176965
/!\SPOILER TOME 1/!\

Convaincu que le Monde Émergé ne peut plus résister seul aux armées du Tyran, Sennar le magicien supplie le Conseil des Mages de le laisser partir à la recherche du Monde Submergé. Là, il pourra obtenir l'aide de ses habitants.
Or ce continent a rompu tout contact avec le Monde Émergé depuis plus d'un siècle. Et Sennar ne dispose pour s'y rendre que d'une ancienne carte à demi effacée par le temps...
De son côté Nihal, jeune guerrière aux cheveux bleus, poursuit son apprentissage de chevalier du dragon. Mais le souvenir de Sennar, qu'elle a blessé au visage lors de leur dernière entrevue, la hante douloureusement...


Mon avis:

"Peur? Et pourquoi? J'aime le risque, c'est le sel de ma vie. Si on ne s'amuse pas pendant un peu pendant le court temps qui nous est donné, à quoi bon vivre? Et puis, c'est un défi.

A chaque automne, une nouvelle relecture de cette série. L'année dernière j'avais relu le premier tome et ma vision a toujours été aussi enchanté que lors de ma première lecture. C'est toujours le cas pour ce deuxième tome. Cette saga a une place particulière dans mon cœur, il faut dire que c'est LA trilogie qui m'a donné goût à la lecture et qui m'a poussé à continuer dans cette voie.

Dans une première partie de ce deuxième tome, on est plus plongé dans le point de vue de Sennar qui doit se rendre dans le Monde Submergé pour avoir de l'aide dans cette guerre, mais tout ne se passe pas comme prévu. Il s'engage das un bateau pirate et devra affronter bien des tempêtes sur la mer indomptable qui barre son chemin. Et alors qu'il peut enfin souffler, on lui dit qu'il va être exécuté. Beaucoup d'embûches vont entraver son chemin, mais le magicien a plus d'un tour dans son sac.
J'ai été heureuse de le découvrir plus en profondeur, dans le premier tome on ne lui laissait pas assez de place. Ce jeune homme se montre aussi courageux que Nihal, sauf qu'à la place d'une épée il se sert de la magie. C'est un homme bon qui essaye de répandre la paix et de tout faire en son pouvoir pour sauver le Monde Émergé des griffes du Tyran.

Dans la deuxième partie, on retrouve la demi-elfe en plein milieu de la guerre. Elle aussi a un combat à mener entre se battre contre l'ennemi et ses cauchemars qui lui supplient la vengeance. Dans ce deuxième tome, Nihal a énormément muri, elle réfléchie avant d'agir et essaie des retenir ses pulsions meurtrières même si c'est toujours un peu difficile. Elle y arrive quand même grâce à son maître, Ido et son ami qu'elle a aidé et sauvé, Laïos. Il faut dire que la mort de Livon et de tout son peuple n'a fait qu'aggraver la haine qu'elle éprouve, mais elle arrive à maîtriser sa colère et sa rage envers celui qui a fait tout cela.
On découvre de nouveaux aspects de cette jeune demi-elfe qui se bat constamment du fait qu'elle ait une femme chevalier. On en apprend plus sur son passé et sur son destin en même temps qu'elle.

Les autres personnages sont tout aussi attachants et ont chacun un combat personnel, une bataille qui les divise en deux. Laïos et son combat contre son père et Ido contre son passé. La guerre ne se passe pas seulement dans les terres, mais également à l'intérieur même des personnages. Et il faut si ils veulent gagner la guerre, gagner la guerre intérieure qui les hantent.

Le monde dans lequel nous immerge l'auteure est toujours aussi beau et aussi sombre et noir. L'histoire est toujours fluide et nette, on ne quitte pas la trame principale, on en apprend toujours plus en tournant les pages.
Sa plume est toujours autant époustoufflante, plus je lis des livres de Licia Troisi, plus je tombe amoureuse de ces mondes sombres et de son style d'écriture.

jeudi 7 septembre 2017

La mécanique du diable

Auteur: Philip Pullman
Éditeur: Flammarion
Collection: Castor Poche - Aventure
Pages: 85
Parution: 2000
EAN: 9782081645868

Toute la ville se presse au pied de la grande horloge, pour admirer le nouvel automate. Mais l'arrivée du célèbre docteur Kalmenius, génie de l'horlogerie, marque le début d'un abominable nuit...
Sa présence semble en effet entraîner une série d'incidents de plus en plus inquiétants.
La mécanique du temps serait-elle dictée par une logique diabolique?



Mon avis:

"Dès que l'on remonte l'horloge, les aiguilles mettent en marche. Il y a quelque chose d'implacable et de terrifiant dans la ronde des aiguilles autour du cadran. Tic, tac, tic, tac!... Millimètre après millimètre, elles avancent sans répit, et leur tic-tac nous accompagne jusqu'à la tombe.

Après avoir découvert la plume de l'auteur dans A la croisée des mondes, je me suis dirigée vers quelque chose qui paraissait être plus enfantin, avec quelques frissons. J'ai trouvé que pour être qualifié de 'jeunesse',  ce conte fait quand même vachement peur, et tourne même un peu vers l'horreur.

En Allemagne par une froide nuit d'hiver, dans un bar un écrivain conte son histoire. Alors qu'il décrit un homme étrange et effrayant, celui là entre dans le bar semant la terreur des villageois. La réalité vient alors se mélanger au fantastique. Cet homme conclut un marcher des plus affreux avec Karl, le jeune horloger qui doit présenter son automate, et toute l'histoire va alors se mettre en place pour se préparer au dénouement.
J'ai trouvé ce conte vraiment sombre et froid, avec une horreur bien présente.
En outre de cette horreur qui m'a perturbé, l'auteur ajoute une touche d'humour et de distance au conte, en rajoutant des sortes de post-it en nous faisant part de ce qu'il pense, de petites anecdotes. Et avec ça, il incarne parfaitement la morale.

Une petite lecture, parfaite pour les frissons et les peurs de l'automne, qui se lit en peu de temps. Il est toujours agréable de redécouvrir la plume de cet auteur.

mercredi 6 septembre 2017

L'Ordinatueur

Auteur: Christian Grenier
Éditeur: Rageot
Collection: Cascade Policier
Pages: 184
Parution: 2001
EAN: 9782700224337

Programmé pour tuer?
L' "Omnia 3", un ordinateur très sophistiqué, totalise déjà six victimes. L'inquiétante machine est-elle seule responsable de cette incroyable série de meurtres?
Logicielle, jeune inspectrice au surnom prédestiné, en doute. 
Mais derrière l'écran se cache un adversaire aussi inattendu que dangereux...



Mon avis:

"-C'est magique! s'exclama Germain d'une voix faible et altérée.                                   -Non, c'est logique, répondit-elle en désignant, sous l'écran, les deux micros intégrés et l’œil d'une caméra.

Après une lecture compliquée de Eleanor, que j'ai du abandonné ne réussissant à entrer dans l'univers, je me suis ensuite tournée vers un policier pour repartir sur une bonne base pour le Pumpkin Autumns Challenge. Il faut le dire, cette lecture a été géniale, je ne m'y attendais pas du tout.

Après un premier policier plutôt décevant, je suis partie avec très peu d'attentes pour ce roman, j'ai été agréablement surprise par celui ci. On plonge directement dans l'histoire des meurtres, avec un rythme bien mené, qui nous pousse à continuer. Les chapitres sont courts, ils en révèlent peu, mais suffisamment pour continuer dans l'intrigue.
L'Omnia 3, un ordinateur très sophistiqué, tueur... Ce roman laisse vraiment réfléchir à la technologie d'aujourd'hui qui ne fait qu'avancer dans le temps et peu, parfois, nous faire peur. Ce policier nous fait douter de la nouvelle technologie. Sommes nous vraiment en sécurité? Pouvons nous faire confiance en cette technologie?

Ce roman m'a énormément plus, l'auteur arrive très bien à manier le rythme, qui est une chose importante dans un policier. Sa plume est simple et fluide, ce qui nous aide à comprendre facilement l'histoire. Il sait nous tenir en haleine, et attendre la fin pour nous avouer le coupable.

jeudi 31 août 2017

Pumpkin Autumn Challenge


Ah l'automne, l'automne. Cette saison favorite des lecteurs, qui peuvent se blottir dans un plaid avec un bon thé chaud, à lire un bon livre lové dans un fauteuil alors que dehors, les feuilles commencent à tomber.

Voilà, l'été se termine, le temps va se rafraîchir, bref tout se porte à la perfection pour entamer un challenge de l'automne.
Ce Pumpkin Autumn Challenge, dans sa première édition créé par Le Terrier de Guimause qui durera du 1er septembre au 30 novembre.

Dans ce challenge, 3 menus différents sont possibles. Chaque menu à deux thèmes différents et pour avoir validé la challenge, il faut au minimum un livre par thème dans le menu que vous avez choisi. Vous pouvez bien sûr choisir tous les menus si vous le voulez.


Pour ma part, j'ai essayé un maximum de remplir tous les menus. Et oui, même celui qui fait un peu peur... Je suis donc arrivé à une PAL de 14 livres!

Automne Frissonnant

  • Hurlons dans les Bois




  • La crypte des morts vivants 


Automne Douceur de Vivre

  • Creepy, Spooky Halloween 




  • "Fall" in Love 




Automne Enchanteur

  • Légendes d'ici et d'ailleurs


  • Féérique Citrouille, Bibbidi-Bobbidi-Boo 

 Sur ce, bonnes lectures et bonne chance pour ceux qui participent au challenge!


Bilan:

Je suis heureuse de ce challenge, j'ai presque validé tous les menus et j'ai eu une seule mauvaise lecture et un abandon alors je suis plutôt contente!

  • Automne Frissonant    Menu non validé
- Lettre à mon ravisseur de Lucy Christopher. Un presque coup de coeur, ce livre est poignant, marquant et ne m'a pas laissé indifférente.
- L'ordinatueur de Christian Grenier. Une étonnante surprise, c'est vrai qu'avec la couverture ça ne donne pas très envie et le thème ne me plaisait pas plus que ça sur le résumé. Mais j'ai adoré ma lecture.
- Eleanor de Holly Black, qui est mon abandon. Je n'ai pas réussi à me plonger dans l'univers et je n'aimais pas les personnages. 

  • L'automne douceur de vivre   Menu validé
- L'épouvanteur tome 1, L'apprenti épouvanteur de Joseph Delaney. Une relecture qui m'a redonné envie de lire la suite de ses aventures, j'espère voir une évolution du personnage principal avec qui je n'ai pas accroché.
- Les Chroniques du Monde Emergé tome 2, La mission de Sennar de Licia Troisi. Encore une relecture et je l'ai adoré. Les personnages, l'univers et la plume font que tout est génial. Hâte de finir cette première trilogie de ce monde.
- Les Enchanteurs tome 1, 16 Lunes de Margaret Stohl et Kami Garcia. Bof bof, je suis mitigée sur ce premier tome. On verra bien ce que la suite nous réserve en espérant moins de longueurs.
- Northanger Abbey de Jane Austen. J'ai été transporté dans cet univers romanesque. J'ai tout simplement adoré.

  • Automne Enchanteur    Menu validé
- Ysambre tome 1, Le monde arbre de Mickaël Ivorra. J'ai été déçu de cette histoire, les dessins étaient sublimes, à couper le souffle avec des légendes qui ne demandent qu'à être lues. Mais l'histoire n'est pas du tout à la hauteur des dessins.
- Charlie et la Chocolaterie de Roald Dahl. Une lecture toute douce avec un fond et une morale. Il y a une sorte d'humour sur toute l'horreur qui nous entoure mais ça n'empêche pas ce moment cocooning.
- La mécanique du diable de Philip Pullman. Une histoire qui m'a fait froid dans le dos, et dire que c'est pour les enfants! Un conte effrayant avec une morale sordide. L'auteur ne nous épargne pas.

A comme Association tome 5, Là où les mots n'existent pas

Auteur: Erik L'Homme
Éditeur: Gallimard Jeunesse / Rageot
Collection: Folio Junior / -
Pages: 203
Parution: 2011
EAN: 9782070638468
/!\ SPOILER TOME 1 à 4 /!\

Alors qu'ils profitent tous les deux du soir de Noël, Ombe et Jasper sont les victimes d'une attaque violente. C'est un choc terrible pour Jasper, qui se retrouve seul et affaibli. Déterminé à découvrir l'identité de leurs mystérieux agresseurs, obnubilé par l'idée de se venger, Jasper se lance dans une folle poursuite.
Mais comment atteindre son but quand l'Association vous lâche, et qu'on ne peut compter pour survivre que sur un vampire peureux, une harpie revêche et les livres de sorciers disparus depuis longtemps? Il faudra à Jasper beaucoup de courage pour surmonter les obstacles qui se dressent devant lui, à commencer par sa propre colère et son immense chagrin…


Mon avis:

"On peut spéculer sur l'âme et les arrières-mondes, n'empêche que, comme dit le poète, ce sont ceux qui restent qui se retrouvent en enfer...

 Après avoir lu les quatre premiers tomes écrit à deux mains, je me suis posée la question, suite à la mort de Pierre Bottero, comment allait devenir le personnage d'Ombe dans la série. Et bien comme son auteur, Erik L'Homme a décidé de tuer le personnage, dans un accident de moto. Alors quand j'ai lu ça, je me suis dit c'est un peu trop simple quand même, en plus Ombe est incassable... puis j'ai accepté le fait que sa pouvait être un hommage à Pierre Bottero, ça l'est sûrement d'ailleurs, mais j'avais tout faux.

La mort d'Ombe est l'élément déclencheur de l'intrigue principale qui dure depuis le premier tome: les personnes qui essayent de mettre fin à la vie de Jasper et Ombe. On découvre des tas de choses concernant cette intrigue avec bien sûr plein de nouveaux questionnement. Je trouve quand même dommage que ça ai mis autant de temps à venir, car moi c'était cette intrigue qui me poussait à continuer. Et on ne répond à pas beaucoup de questions vu les tomes courts. Plus les tomes avancent, plus on est en haleine, en quête de réponses et je pense (et j'espère beaucoup) que le final va être sublime.
Mais je tiens bon, car j'arrive à apprécier le personnage principal, Jasper, qui a énormément muri au fur et à mesure de l'avancée des tomes.

Le monde que Pierre Bottero et  Erik L'Homme ont créé est génial, je l'adore. Tout à son sens et il nous reste pas mal de choses à découvrir. Je trouve ça top que l'auteur arrive toujours à nous surprendre dans ce monde qu'on a suivi depuis quatre tomes.

mercredi 30 août 2017

Legend tome 2, Prodigy

Auteure: Marie Lu
Éditeur: Le Livre de Poche Jeunesse
Collection: -
Pages: 439
Parution: novembre 2015
EAN: 9782013971324
/!\ SPOILER TOME 1 /!\

June et Day ont échappé à leurs poursuivants. 
Réfugiés à Vegas, ils rencontrent un groupe de rebelles qui consent à les aider. 
Mais il y a une condition. Prêts à tout, les deux adolescents acceptent: ils savent que, sans les rebelles,
leurs heures sont comptées.




Mon avis: 

"Le garçon dont l'âme rivalise de beauté avec son corps.
Un rayon de lumière dans un monde de ténèbres.
Mon rayon de lumière.
J'avais toujours ce souvenir marquant du premier tome, de son intrigue, de ses rebondissements et de son addictivité, ce qui en avait fait un coup de cœur. Sachez que c'est exactement la même chose dans le deuxième tome, l'auteure nous surprend toujours, mais cette fois sans le coup de cœur.

Day et June essayent de retrouver les Patriotes car ils ont besoin de leur aide et en échange ils acceptent de les aider pour leur mission. Ils sont de nouveaux séparés et chacun va essayer de savoir la vérité, de trouver un meilleur angle pour savoir à qui faire confiance.
Ce qui j'ai vraiment aimé dans ce deuxième tome c'est que, il n'y a ni rose ni noir: ce qu'ils détestent s'avère être pas si horrible que ce qu'ils pensent et ce leur utopie s'avère aussi noire que ce qu'ils fuient. Dans chacun des camps il y a du bon et du mauvais. 
L'histoire est toujours aussi riche en rebondissements, en émotions et cette fois devient riche en réponses par rapport au fonctionnement de la société, aux maladies présentes.
Mais voilà le problème qui m'a fait tiqué durant ma lecture: le triangle amoureux. Il prend place des deux côtés, que ce soit chez Day ou chez June il est présent et c'est agaçant. Ce triangle amoureux n'a pourtant pas autant d'ampleur que dans les clichés avec le je ne sais pas qui j'aime... 

Les personnages sont toujours aussi attachants et ce qui devient intéressant c'est qu'ils évoluent dans un autre milieu, dans un autre état d'esprit, avec une nouvelle mission. Dans ce tome, ils affrontent tous deux leurs fantômes, leur vie passée pour essayer de comprendre leur nouvelle vie. Ils vont aussi échanger leurs rôles, Day devient le héros et June la recherchée qui doit fuir.

dimanche 27 août 2017

Tant que nous sommes vivants

Auteure: Anne-Laure Bondoux
Éditeur: Gallimard Jeunesse
Collection: -
Pages: 298
Parution: septembre 2014
EAN: 9782070653799

Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus... 
Mais quand l'ombre a pris la place de la lumière, l'amour suffit-il à nous garder vivants?




Mon avis:

"Dans le noir, les yeux grands ouverts, Bo s'interrogeait sur le sens de l'existence, et sur ce qu'il voulait vraiment. Il n'est jamais facile de savoir ce que l'on souhaite vraiment, surtout lorsqu'on a peur de trouver des réponses, et les idées se cognaient comme des mouches à l'intérieur de son crâne.

Après en avoir longuement entendu parler, ce roman qui a conquis tant de cœurs, a réussi à se trouver un chemin jusqu'à moi. Emprunté à la bibliothèque, il ne m'a pas autant conquise que ce à quoi je m'attendais. Il n'y a pas de quoi ce leurrer, ce roman est beau dans tous les sens du terme, allant de sa couverture, à l'histoire, jusqu'à la plume de l'auteure.

Ce conte doit se lire lentement, comme le rythme qui nous est introduit dans l'histoire, pour pouvoir en savourer chaque phrase car ce livre regorge de poésie, d'amour et d'espoir. Il annonce un renouveau, la renaissance et tout cela durant une sombre période pour nos deux personnages.
L'histoire est magnifique, mais je trouve que la fin s'est accélérée ce qui m'a un peu déçu, la fin était précipitée.

Les personnages sont d'autant beau que tout le reste, leur histoire est impressionnante, on apprend à les connaître au fur et à mesure que l'histoire avance.

Dans cette chronique je ne veux pas trop vous en dévoiler pour que vous puissiez savourer cette histoire sans en connaître tous les moindres recoins. C'est une histoire pleine de surprises que je ne veux pas vous gâcher, alors bonne dégustation!

vendredi 25 août 2017

Amelia

Auteure: Kimberly McCreight
Éditeur: Le Livre de Poche
Collection: Thriller
Pages: 576
Parution: août 2016
EAN: 9782253095095

À New York, Kate élève seule sa fille de quinze ans, Amelia. Très proches, elles n'ont pas de secrets l'une pour l'autre. Jusqu'à ce matin d'octobre, où elle reçoit un appel du lycée qui lui demande de venir de toute urgence. Elle ne reverra jamais Amelia: celle-ci a sauté du toit de l'établissement. Rongée par le chagrin, Kate plonge dans le désespoir et l'incompréhension. Pourquoi une adolescente en apparence si épanouie s'est-elle donné la mort? Mais un jour, Kate reçoit un message anonyme qui remet tout en question: "Amelia n'a pas sauté." Obsédée par cette révélation, elle s'immisce dans la vie privée de sa fille et découvre, à travers les réseaux sociaux, les mails et les SMS d'Amelia, une réalité terrible, un véritable monde parallèle qu'elle n'aurait pu imaginer.

Mon avis:

"− Écoute, Lola n’a que cinq ans et pourtant même moi, je sais qu’être parent, c’est affreux quatre-vingt-quinze pour cent du temps. Autant que je sache, ce sont les cinq pour cent restants qui empêchent la race humaine de s’éteindre. Quatre pour cent de terreur aveuglante, un pour cent de perfection. C’est comme un shoot d’héroïne. Tu goûtes une seule fois à la vie de ce côté-là et t’es accro. 

Je continue dans ma lancée sur les romans policiers avec celui là qui me tente depuis un bout de temps. Et voilà je sors de ma lecture bouleversée, chamboulée, mon esprit sans dessus dessous.
Parce que dans ce roman il y a une question principale: Amelia a-t-elle sauté? A-t-elle été poussé du haut du bâtiment de son lycée? Toutes ses questions qui tournent en rond dans la tête de Kate, la mère d'Amelia, mais également dans les nôtres.

Dès le premier chapitre l'histoire se met en place, Kate retrouve sa fille morte au lycée. On est directement plongé dans la terreur et la souffrance de la mère qui essaye de retracer la vérité. On avance dans le roman avec les semaines qui ont précédés la mort d'Amelia du point de vue de celle-ci, et ceux du point de vue de la mère, après sa mort.
On tourne les pages de plus en plus vite pour savoir ce qui c'est passé, ce qui se cache derrière tout ça. La vérité qui explose au grand jour, petit à petit, m'a coupé le souffle, on a un tas de révélations de plus en plus surprenantes qui nous amène des réponses et qui nous font découvrir qui était le personnage d'Amelia et tous ses secrets, ses doutes, ses pensées.
Je l'ai lu assez vite mais j'ai du faire une pause, je ne voulais pas savoir si Amelia avait été tué ou si elle s'était suicidée. Mais je n'ai pas pu attendre bien longtemps et cette fin m'a brisé le cœur, elle m'a remué l'estomac et je ne peux m'empêcher d'y réfléchir, encore et encore.
Les personnages ont tous leur importance, mais au bout d'un moment je m'y perdais avec tout ce monde. Surtout lors des révélations, je me demandais "mais c'est qui déjà celui là?", ce qui a un peu gâché le bonheur de cette lecture.

La plume a été sublime, avec des descriptions, qui au début, paraissent inutiles mais se révèlent bien incorporés dans l'intrigue que l'auteure a mis en place. Le moindre mot a une importance, le moindre geste révèle quelque chose, tout est lié.
Ce roman est fascinant et j'ai hâte de découvrir d'autres romans de Kimberly McCreigth car son thriller était passionnant qui est passé à un chouilla d'être un coup de cœur. 

dimanche 20 août 2017

Dix Petits Nègres

Auteure: Agatha Christie
Éditeur: le Club des Masques
Collection: -
Pages: 222 
Parution: 1993
EAN: 9782702410042

L'île du Nègre... Que de bruits courent sur son nouveau propriétaire... Richissime Yankee, star hollywoodienne, ou bien encore l'autorité britannique?
Bref, quand tous les dix -du juge au play-boy, sans oublier la secrétaire- reçoivent cette invitation à passer des vacances sur l'île, aucun d'eux n'hésite à accourir...
Mais là-bas, dans la somptueuse demeure, personne, sauf bien entendu, cette voix, sur un disque, qui accuse tour à tour chacun des participants... C'est la panique.
Alors au rythme des couplets de la ronde des Dix Petits Nègres, le nombre des invités commence à diminuer; Inexorablement...


Mon avis:
"Dix petits Nègres s'en furent dîner.
L'un d'eux but à s'en étrangler 
-n'en resta plus que neuf
Neuf petits Nègres se couchèrent à minuit.
L'un d'eux à jamais s'endormit
-n'en resta plus que huit.

Voilà, j'ai enfin sauté le pas et lu pour la première fois un roman policier, qui plus est un d'Agatha Christie. J'étais heureuse de pouvoir le lire et de dépasser la peur que ces romans pouvaient me susciter. Je ne m'attendais pas à ça, du tout. Déjà ce n'était pas gore et pas autant psychologique que ce à quoi je m'attendais.

L'histoire est bien menée, surtout avec la petite comptine qui suit les meurtres. On arrive à être tenu en haleine, à éprouver autant de doutes et de suspicion que les personnages. Mais j'ai quand même été déçu par cette lecture, je trouve que l'histoire mettait trop de temps à commencer, qu'il y avait trop de personnages et je m’emmêlais les pinceaux en oubliant qui était qui. Le dénouement de cette intrigue m'a sidéré, certes je ne m'y attendais pas du tout mais alors vraiment pas, mais cette fin m'a dégoûté, je trouvais cela un peu trop simple comme dénouement, comme si on ne savait pas quoi faire.

Les personnages sont tous très différents et tous accusés d'avoir commis un meurtre. Il y a comme un mur entre eux et on n'a pas vraiment le temps de les connaître et de pouvoir les différencier, du moins c'est le gros problème que j'ai eu durant cette lecture. Mais le gros point positif c'est qu'on a les pensées de ces personnages, comme des flashbacks qui nous aident à en apprendre un peu plus sur le pourquoi du commet ils sont arrivés sur l'île du Nègre.

samedi 19 août 2017

The Mortal Instruments, Les Origines tome 1, L'ange mécanique

Auteure: Cassandra Clare
Éditeur: Pocket Jeunesse
Collection: -
Pages: 522
Parution: 2017
EAN: 9782266278720

Tessa débarque à Londres pour rejoindre son frère. Mais à peine arrivée, elle tombe dans un piège: enlevée par les horribles Sœurs  Noires, elle développe des pouvoirs qu'elle ignorait posséder. Jusqu'au jour où Will, un Chasseur d'Ombres, la libère et lui apprend qu'elle est une Créature Obscure. Un nouveau destin attend Tessa dans un monde mystérieux où vampires, sorciers et autres créatures de l'ombre règnent en maîtres...



Mon avis: 

"Il faut toujours être prudent avec les livres et leur contenu, renchérit Tessa, car les mots ont le pouvoir de nous changer.

Cette lecture commune avec Emeline, lu en continuité de la saga principale -pour mieux comprendre l'histoire il faut les lire par ordre de parution- enrichissait encore plus le monde que l'auteure a créé.

Ce premier tome a été excellent, la trame de l'histoire est bien menée de A à Z, on est directement plongé dans l'histoire, on passe de rebondissements en rebondissements. On en apprend à chaque nouvelle page tournée que ce soit sur les personnages, sur l'histoire ou encore sur les Chasseurs d'Ombres ou les Créatures Obscures. L'intrigue est palpable, d'autant plus qu'elle laisse plein de questions en suspens, même le dénouement parvient à nous poser d'autres questions.
 Mais dans ce tome, je ne voyais pas l'importance d'y mettre une romance qui commence maintenant, je m'attendais à ce qu'on nous tienne un peu plus en haleine, parce que ça n'avait pas lieu d'être, je ne l'avais presque pas vu venir, alors cette romance m'a paru être mal placée dans ce tome.

Le récit est comme toujours magnifiquement conté, la plume est fluide, et, dans ce tome, à quelques côtés poétiques et est très riche en référence littéraire.
Ce tome m'a d'autant plus plus car on est dans l'époque victorienne en Angleterre, ce qui rajoute un aspect steampunk -avec toute la mécanique qui est présente- que j'adore. En plus l'auteure s'est renseignée pour que ce soit le plus vrai possible, même si elle a fait des changements, ce qui devient enrichissant culturellement.

Les personnages sont beaucoup plus attachants que ceux dans la saga principale de The Mortal Instruments. Je les ai trouvé moins gnangnan avec moins de clichés, ils étaient plus vrais et semblaient moins enamourés. L'époque doit aussi beaucoup jouer, avec un autre langage, de nouvelles manières et de nouvelles pensées.
Le gros point négatif de ce roman est le personnage de William Herondale, ce personnage sarcastique, égoïste, qui se fait passer pour un méchant car il ne vaut pas qu'on s'attache à lui mais avec un passé douloureux et tout le tralala m'a fortement tapé sur les nerfs. Certes, ces traits de caractère m'ont plus chez Jace, mais je m'attendais quand même à un caractère différent pour que Will devienne un personnage à part entière, et non le sosie de Jace.

Ce premier tome lâche une bombe pour la suite qui je l'espère sera aussi phénoménale que ce tome. On croise les doigts pour que Will puisse changer pour qu'il devienne William Herondale et non Jace.

jeudi 3 août 2017

Vous parler de ça

Auteure: Laurie Halse Andersen
Éditeur: La belle colère
Collection: -
Pages: 299
Parution: octobre 2014
EAN: 9782843377389

Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s'étranglent avant d'atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l'étau d'un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par les lèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l'expérience intime de la plus grande des injustices: devenir un paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c'est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée.

Mon avis:

"De quel droit me punissent-ils sous prétexte que je ne parle pas? Ce n'est pas juste. Que savent-ils de moi? Que savent-ils de ce qui se passe dans ma tête? Le tonnerre, des gosses en pleurs, voilà ce qu'il y a. Pris dans une avalanche, tenaillées par l'inquiétude, se tortillant sous le poids du doute, de la culpabilité. De la peur.
En ce moment les livres parlant des problèmes de la vie courante, et de plus particulièrement ceux des adolescents m'attire. Ce roman nous parle d'un de ces problèmes qui hante notre société d'aujourd'hui. Ça est un problème, un monstre, une horreur.

Melinda, le personnage principal ne parle pas, donc dans le livre il y a très peu de dialogue, elle répond soit par monosyllabe, soit rien du tout. Mais on se trouve dans la tête de cette fille, on découvre la tempête de son esprit et la douleur qui la consume. On a conscience qu'il y a un problème, mais on ne sait pas quoi, on est tenu en haleine pour savoir ce qu'est le ça qui hante Melinda, même si au bout d'un moment on s'en doute. Elle se retrouve seule, sans aucune aide pour affronter son démon et s'affronter elle même. Melinda mène une bataille acharnée contre la vie.

Cette histoire m'a chamboulé, elle sort des tripes. C'est une histoire qui reflète un problème de la société, sans romance, dans le cœur du problème et dans le désespoir du héros.

L'auteure arrive à écrire cette histoire avec vérité, dans une plume fluide qui nous pousse à tourner les pages pour savoir si Melinda va s'en sortir, ce qu'est la ça qui la hante et si elle arrivera à parler.
Ce livre est un livre lumière, un live qui vous chamboule plus qu'un coup de cœur, un roman qui nous fait vibrer d'émotions en bien ou en mal.


mercredi 2 août 2017

Divergent tome 3, Allegiant

Auteure: Veronica Roth
Éditeur: Katherine Tegen Books
Collection: -
Pages: 526
Parution: 2013
EAN: 978006202060
/!\ SPOILER TOME 1 & 2 /!\

Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s'échapper. Le monde qu'ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu'on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d'une expérience censée sauver l'humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l'humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

Mon avis:

"Since I was young, I have always known this: Life damages us, every one. We can't escape that damage. But now, I am also learning this: We can be mended. We mend eachother.

J'ai enfin réussi à me lancer dans ce dernier tome de la saga. Cette lecture en VO c'est d'abord avéré compliqué, je ne me souvenais pas trop comment la fin du tome c'était passé, mais les cinquante premières pages passées j'ai adoré ma lecture, c'est un coup de cœur.

On retrouve notre duo, Tris et Tobias qui alternent leur point de vue au fil des chapitres, après la mort de Jeanine. Maintenant ils ont rejoint les sans factions et des révolutions se mettent en place pour que les factions viennent à leur fin, ou ceux qui se retournent contre Evelyn, la nouvelle dirigeante. Tris et Tobias savent qu'il y a un monde à l'extérieur et vont décider de partir.
Mais une fois à l'extérieur, ils découvrent une nouvelle guerre, La guerre pure. Ils prennent connaissance du monde extérieur, du pourquoi du comment ils étaient enfermés dans leur ville. On en apprend plus sur leur passé, leur famille. Ce troisième tome est une sorte d'apprentissage que nous faisons en même temps que nos deux héros.

Cet ultime tome répond à énormément de nos questions, nous apporte de nouveaux dilemmes et de nouveaux problèmes. Nos deux protagonistes ont quitté une révolution pour entrer dans une deuxième. Ils découvrent l'envers du décor et leur haine envers ses nouveaux méchants est palpable.

Et bien sûr, parlons en de cette fin, certes elle est triste et nous brise le cœur, mais j'ai trouvé que cette fin était justifiée, je m'y attendais déjà dans le deuxième tome à une fin comme celle là.
Mais la réaction des autres à été une souffrance et me faisait pleurer encore et encore.

Veronica Roth arrive à nous faire passer par pleins d'émotions, elle arrive à répondre à nos questions, et le monde qu'elle a créé est bien construit, je n'ai pas trouvé d'erreur, ni d'incompréhension.